Dutrieux_JJT_plan_r_duite
Elle semble bien loin l’époque où, voici quarante ans, le grand-père Dutrieux vendait des dragées dans les boulangeries pâtisseries de la ville. Et pourtant, tout est parti de là. Du commerce de détail et demi-gros, l’entreprise familiale s’est ensuite développée à l’initiative de Bernard.

De retour du service militaire, le jeune homme semblait plutôt promis à une carrière de géomètre. Il décida cependant d’élargir les clients de son père, de démarcher les bases militaires alors nombreuses dans l’Aisne, puis de s’adresser aux collectivités locales, collèges, lycées et hôpitaux. Bien lui en prit.

Aujourd’hui, la société qu’il dirige compte trente salariés, dont six commerciaux, six chauffeurs, neuf logisticiens et neuf employés administratifs.
Spécialisée dans la commercialisation de produits d’alimentation elle distribue sur la grande région des marques comme Danone, Lu, Lesieur, Heudebert, Unilever, Nestlé, Daucy, Bonduelle et Panzani. Elle abrite également le siège du Groupement Européen de Distributeurs Alimentaires qui réunit une vingtaine d’entreprises françaises de négoce.

Avec un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros, l’entreprise familiale compte désormais cinq cents clients et plus de trois mille références, de la bôite de dix kilos de carottes et à la boîte de quelques centaines de grammes de brisure de truffe.
Dutrieux_JJT_b_timent_9C61C
Implantés rue de Lorraine à Hirson, les Etablissements Dutrieux se retrouvent cependant à l’étroit dans leurs locaux. Devront-ils quitter la Thiérache pour assurer leur développement ?

La solution est venue de la Communauté de communes des Trois-Rivières. Jean-Jacques Thomas et Philippe Bey ont ainsi proposé à Bernard Dutrieux de lui vendre pour 330 000 € un bâtiment-relais d’un peu plus de 1 000 m2 qui viendra s’ajouter aux 3 600 M2 existant en ville.
Dutrieux_JJT_p_re_fil_9C642
Lors de la visite des responsables de la Communauté de communes, Bernard Dutrieux, désormais associé à son fils Arnaud, a finalisé son projet d’implantation sur le parc d’activités de la Rotonde-Florentine, avant le Centre Leclerc.

En décembre, pour un montant de 24 000 €, l’entreprise acquérra la parcelle de 4 800 m2 contiguë à son nouveau centre logistique afin de réaliser une extension de 4 000 m2. Les travaux sont prévus au second semestre 2007. Ils permettront la création de trois emplois. A terme, l’unité s’étendra donc sur plus de 5 100 m2 et sur une parcelle de plus d’un hectare.

A des années-lumière de la petite boutique de l’après-guerre mais à quelques centaines de mètres du commerce des débuts. N’est-ce pas l’essentiel ?