CHAUNY_07_chantier_dehors
Depuis 2001, grâce aux contributions du Conseil Général (d'un montant de 19 042 370 € pour 2008) et des contributions des communes et des établissements publics de coopérations intercommunales (d'un montant de 17 627 095 € pour 2008), le Service Départemental d'Incendie et de Secours de l'Aisne s'est affirmé comme une jeune collectivité de proximité.

En effet, depuis cette date, la « départementalisation » des services d'incendie et de secours s'est traduite par la création de 181 nouveaux emplois budgétaires dont 140 emplois de sapeurs-pompiers professionnels supplémentaires.

Par ailleurs, un programme pluriannuel immobilier permet aujourd'hui la construction et la réhabilitation de dix-sept centres de secours, d'une direction générale, d'une Ecole départementale des sapeurs-pompiers et d'un nouveau Centre de réception de gestion informatisé des appels d'urgence (le 18) pour un montant jamais égalé de 66 millions d'euros.
Cong_Neuilly_revue_v_116420
Ces actions pour le moins significatives traduisent la volonté du Conseil d'administration de doter le Service Départemental d'Incendie et de Secours de l'Aisne de moyens adaptés à ses missions.

Cependant, si le fonctionnement général des centres d'incendie et de secours fut toujours globalement assuré, des améliorations sont cependant nécessaires. Les partenaires sociaux et, notamment, la CGT ont donc souhaité optimiser et améliorer les conditions de travail.

Une étude détaillée permit de mettre à plat l'ensemble des dispositifs et, au terme, de plusieurs semaines de négociations développées selon Jean-Jacques Thomas, Président du SDIS, « dans un climat de confiance, de respect mutuel et avec la volonté commune de traiter le problème au fond », un accord est intervenu lundi soir tant sur le diagnostic que sur les remèdes à apporter.
SDIS_protocole_accor_116402
Ainsi, afin de pallier les difficultés ponctuelles, Jean-Jacques Thomas a proposé au Conseil d'administration la création de seize emplois supplémentaires sur trois ans ( huit en 2008, quatre en 2009 et en 2010) dont les huit premiers seront affectés sur Soissons.

La définition du mode de calcul des effectifs nécessaires au fonctionnement de chacun des centres de secours et l'éligibilité des sapeurs-pompiers professionnels aux indemnités horaires pour travaux supplémentaires constituent les deux autres points essentiels de l'accord signé par le Président du SDIS et Jean-Marc Deck, le Responsable de la CGT.

A l'issue de cet accord, Jean-Jacques Thomas a précisé que « déjà assurée, la sécurité de nos populations est désormais garantie. Chacun y a contribué avec la volonté de concilier besoins et moyens, grâce à un effort partagé correspondant aujourd'hui à 101 € par an et par habitant ».

De conclure, « la sécurité des Axonais est à ce prix ».