CANTONALE_RMC_JJTJPG
Alors que les candidats aux Cantonales sont désormais connus, la campagne électorale entre dans seconde phase. L'ouverture officielle verra le début de l'affichage avec, pour Jean-Jacques Thomas les premières réunions publiques à Effry où le candidat socialiste n'aura aucune difficulté à faire mieux que son adversaire UMP puisque personne ne s'était déplacé pour l'écouter …

La presse locale et régionale, bien sûr, couvre la période avec même un éclairage national puisque que RMC a interviewé les deux têtes de liste aux Municipales sur … l'intérêt des caméras de sécurité.

Pour Jean-Jacques Thomas, outre le fait que de tels équipements devraient couvrir l'intégralité des rues de la ville pour avoir un début d'intérêt, rien ne vaut le renforcement des effectifs de gendarmerie.

La volonté municipale et le choix des moyens humains supplémentaires s'est déjà traduite à Hirson par la construction de la gendarmerie et selon la Ministre (UMP) de l'Intérieur elle-même des « efforts consentis et les résultats remarquables ».

Alors que voici trois ans plus tôt, 1 352 faits et délits étaient constatés sur les trois communes de Buire, d'Hirson et de Saint-Michel avec un taux d'élucidation de 30% ; aujourd'hui, pour les vingt-six communes du Pays des Trois-Rivières, 1 180 faits et délits furent enregistrés en 2006 avec un taux d'élucidation de près de 37,28%.

De plus, pour les onze premiers mois de 2007, ce chiffre est tombé à 814 faits et délits avec un taux d'élucidation de 30,71% ».
INAUG_GEND_ALLIOT_di_11C59E
A l'occasion de la visite de Michèle Alliot-Marie, l'élu thiérachien avait déjà plaidé pour le renforcement des effectifs. « Si, expliqua-t-il, les missions des militaires hirsonnais les amènent l'été sur les plages et pour, en moyenne, deux d'entre eux à exclusivement se consacrer à des cellules d'enquêtes particulières, il est indispensable que la brigade d'Hirson dispose de trois gendarmes en plus. En effet, la spécificité de la frontière crée des besoins particuliers et les deux gendarmes détachés à la sécurité ferroviaire n'ont pas été remplacés ».

Jean-Jacques Thomas de conclure : « Voilà pourquoi, il est essentiel, certes de moderniser, mais d'abord de maintenir les services publics et de disposer des moyens nécessaires pour les faire vivre. »

Quant à la journaliste de RM interrogeant également le candidat de l'UMP, elle avouait, hors micro, qu'Hirson ne lui donnait pas l'impression d'une ville à forte délinquance et que le vol de poules ou d'un cric de voiture évoqués par quelques passants ne lui paraissaient pas des cas douloureux !