CG_08_plaque_min_ral_1364F2
A partir du 1er janvier 2009, de nouvelles plaques d'immatriculation doivent être mises en service en circulation dans le cadre d'une réforme du système d'immatriculation des véhicules.

Si cette réforme vise à simplifier les démarches administratives des citoyens, à rendre les fichiers plus fiables, à réduire les coûts de gestion et également à lutter contre les fraudes automobiles, elle prévoit toutefois la suppression de la mention obligatoire du département présente sur les plaques d'immatriculation depuis 1950.

En effet, chaque véhicule se verrait désormais attribuer un numéro à vie, composé de sept caractères alphanumériques. La référence au département deviendra alors facultative avec la possibilité d'apposer le logo de la région correspondante. Devant ses collègues du Conseil général a donc proposé le maintien du caractère obligatoire et de façon lisible de la référence au département.

« Démarche de démocratie participative menée à l'échelle du département de l'Aisne, expliqua-t-il hier à la tribune de l'Assemblée départementale, les Etats généraux, ont mis en exergue l'importance des notions d'identité et d'appartenance aux yeux des citoyens axonais. L'identification locale sur les plaques d'immatriculation participe, en effet, de cet attachement territorial en ce sens que le numéro des départements constitue un patrimoine collectif à conserver ».

Aussi, sans remettre en cause la nécessité de cette réforme, à l'unanimité après le soutien de Frédéric Meura, au nom de l'Intergroupe d'opposition, le Conseil général de l'Aisne, en cohérence également avec la campagne d'envergure nationale de communication sur l'image de l'Aisne qu'il initie a suivi la proposition de son 1er Vice-Président.