FONDATION_SAVART_stu_153E06Lors de l'inauguration des vingt et uns studios de la Fondation Savart à Saint-Michel, sa Directrice, Valérie Quillet, insista sur la nécessité d'améliorer l'accompagnement des personnes « en évaluant notre travail, en nous adaptant aux besoins et à un environnement qui change toujours plus vite ».

A cette occasion, elle annonça l'avis favorable du CROSMS pour la création d'un projet de Centre d'activité de Jour avec une résidence sur Hirson pour des personnes handicapées vieillissantes.

En effet, la Fondation s'apprête à enregistrer le départ à la retraite de ses premiers ouvriers du CAT. Un énorme progrès en termes de longévité, mais également une lourde responsabilité évoquée par Jean-Jacques Thomas.
FONDATION_SAVART_stu_153E0A
En référence à Jacques Brel cité par la Directrice, devant les personnels réunis en la salle des fêtes, le 1er Vice-Président du Conseil général évoqua la chanson qui limite l'horizon des personnes âgées « du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil puis du lit au lit ».

« Le dynamisme de la fondation, ajouta-t-il, rejoint la volonté du Conseil général de prendre en compte les évolutions sociales et humaines et donc le vieillissement des personnes handicapées. Pour elles, le stress de la retraite se double du stress de l'abandon lorsque les parents disparaissent ».
FONDATION_SAVART_stu_153E09
Pour Jean-Jacques Thomas, aux pathologies psychologiques s'ajoutent les problèmes liés à l'âge. Les personnes handicapées vieillissantes ont besoin d'être plus entourées et mieux protégées. D'où le projet de créer sur Hirson un Centre d'accueil de jour de vingt logements correspondant à un investissement de deux millions d'euros pour un fonctionnement annuel de 600 000 €.

Le 1er Vice-Président du Conseil général de conclure en remerciant Yves Daudigny d'être au rendez-vous de l'humanité : « Il ne suffit pas d'ajouter des jours à la vie, il faut, comme ici, ajouter de la vie aux jours ».