ST_MICHEL_11_NOV_200_168610
« En août, quand la guerre méchante
Jeta sur l'homme sa tourmente
La femme prit très simplement
Le rôle discret de maman.
Voyez la qui soigne et surveille
Ses enfants inconnus la veille
Des mamans de vingt-cinq printemps
Gâtent des fils de quarante ans ».

A l'initiative de Jacques Raguet, devant la stèle qu'il a fleuri en compagnie de Marcel Nicolas et après que Jean-Jacques Thomas et Thierry Verdavaine aient déposé une gerbe à la mémoire des morts de toutes les guerres, deux enfants du groupe scolaire Maurice Brugnon ont lu le poème dédié aux infirmières et que le groupe Tichot interpréta lors des cérémonies commémoratives de Ia libération du Canton.

Pas moins de 71 192 femmes françaises se sont, en effet, engagées dans la guerre pour y servir en qualité d'infirmières. 132 furent tuées au milieu des blessés qu'elles venaient secourir. 495 ont également péri, victimes des maladies contagieuses contractées et plus de 2 500 furent blessées plus ou moins grièvement.