STE_CATHERINE_08_vit_16D97B
L'histoire du cheval de trait est indissociablement liée à la révolution industrielle. Il est alors fait appel à lui pour le transport, dans les mines, le halage des péniches et bien sûr l'agriculture. Aujourd'hui, cependant, son utilisation se limite à l'attelage de loisir, au débardage du bois et son élevage trouve son principal débouché en boucherie.
STE_CATHERINE_08_vit_16D99A
D'où la diminution des cheptels et plusieurs races menacées d'extension. Président de l'association qui en Thiérache défend et valorise le « Trait du Nord », André Bart partage ce constat sur la diminution des effectifs des reproducteurs et le danger que représente la consanguinité. 184 naissances étaient, en effet, répertoriées en 1990 contre 90 seulement en 2006.
STE_CATHERINE_08_vit_16D9A7
Charpenté, le Trait du Nord présente des caractéristiques propres. Sa puissance, son ossature, l'amplitude de ses foulées et sa musculature le différencient des autres races. Energétique au trot et courageux, ses qualités lui ont permis de toujours exister. Il n'en demeure pas moins que les occasions sont rares pour les éléveurs passionnés de se retrouver et de valoriser leur élevage.
STE_CATHERINE_08_vit_16D9B3
Tel est donc l'objectif assigné de la Vitrine du cheval de trait présentée l'après-midi de la foire marchande, d'abord place de la Victoire et, désormais, place Victor Hugo.

Entre nostalgie, défense d'un patrimoine génétique et amour du cheval, cette manifestation rappelle si besoin était que la Sainte-Catherine était d'abord une foire aux bestiaux et que, bien évidemment, tous les éleveurs de Thiérache s'y retrouvaient pour, avant l'hiver, conclure leurs affaires. Aujourd'hui, face à cette vitrine vivante, seul compte le plaisir des yeux !