OHIS_PONT_BLEU_08_in_1D06AA
« Isaac Newton avait raison, lui qui regrettait que les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts », A Ohis, comme l'a souligné le Maire, le pont bleu aurait sans doute disparu sans la volonté de Jean-Jacques Thomas et du Conseil municipal. Colonne vertébral du tourisme thiérachien, l'Axe vert se trouvait, en effet, coupé à la hauteur de l'ouvrage sur lequel, après guerre, circulait encore les trains entre Guise et Hirson.

Condamné et abandonné, l'ouvrage devait même être démoli. Sécurité oblige, ni les randonneurs, ni les cyclotouristes, ni les cavaliers ne pouvaient l'emprunter. Un diverticule fut même créé pour, par le Fond des Roques, rejoindre le gîte créé dans l'ancienne gare de Neuve-Maison.
OHIS_PONT_BLEU_08_in_1D06A5
Cependant, comme le rappela le 1er Vice-Président du Conseil général, l'Axe vert nécessitait des aménagements pour relier Guise et son château à Saint-Michel et son abbaye.

Encore fallait-il d'abord consolider le tablier du pont. Une opération de 200 000 € financée par le Conseil général permit alors d'engager une modernisation achevée cette année avec la consolidation des culées, les aménagements paysagers et l'éclairage de l'ensemble.

En compagnie de Jean-Jacques Thomas, de Michel Dupré et de Pascal Bailly, Maires de La Hérie et d'Eparcy, des membres du Conseil municipal d'Ohis, Michel Boudsocq a donc coupé le ruban inaugural pour se second investissement de 131 500 €.
OHIS_PONT_BLEU_08_in_1D06A6
Cher à l'écrivain Jean Richepin, Ohis recèle, en effet, toutes les caractéristiques de la Thiérache : le patrimoine bâti, avec ses maisons en briques et en pierre bleue, la nature avec ses paysages de bocage, l'eau avec l'Oise et son moulin sans oublier son viaduc lié à une forte tradition ferroviaire. Encore fallait-il intégrer ces richesses dans une série de circuits pédestres, cyclistes et équestres.

Grâce au pont bleu rénové et éclairé, le parcours de randonnée développé tout au long d'un circuit de 2,5 kilomètres relie désormais la voie verte et la campagne environnante. Histoire de mettre ses pas dans ceux de Jean Richepin et de Miarka, la fille à l'ours, l'héroïne du Fond des Roques.