CINEMA_HIRSON_KINO
L'histoire du Sonhir est directement liée à celle de la Ville. Ouvert en 1914, le Rex fut donc occupé par les troupes impériales stationnées en Thiérache, d'où l'enseigne « kino » dans une rue Charles de Gaulle où les bâtiments de l'actuelle mairie n'apparaissent pas encore. Devenu Pathé, il fut incendié en 1938, mais rénové l'année suivante.

Propriété de M. Thiriot et de ses descendants, la salle restera gérée jusqu'en 1982 par la famille Denis.
CINEMA_HIRSON_REX_aronde
Cette année là, la Municipalité présidée par Raymond Mahoudeaux décide de l'acquérir pour 630 000 F. Après une première rénovation opérée en 1964 ; en 1986, le Rex achève sa mue et devient Sonhir, Hirson en verlan.

Plus de vingt ans plus tard, même préservées, les trois salles et leurs équipements ont vieilli. D'où le projet de modernisation engagé par la Municipalité et l'association de gestion du cinéma présidée par Yannick Marlant.

SONHIR_INAUG_08_JJ_H_1E0151Sous la direction, unanimement saluée, de l'architecte Jean-Jacques Hennequart, et après dix-huit semaines de travaux sans interruption de la programmation, 539 500 € ont été investis avec à la clef deux subventions de 148 796 € du Conseil régional et du Conseil général, une aide de 80 000 € du Centre National du Cinéma et une participation municipale de 161 825 € qui vient s'ajouter aux 90 000 € votés chaque année pour assurer le bon fonctionnement des trois salles.

« Des choix financiers, qu'en conscience nous assumons précisa encore Jean-Jacques Thomas, lors de l'inauguration des travaux. Nous les assumons d'autant plus qu'en cette période de crise, les investissements réalisés ne sont plus à faire. De plus, aujourd'hui, le risque d'une diminution des subventions est réel et l'augmentation du loyer de l'argent pourraient amener certains opérateurs à décaler, voire abandonner leurs investissements ».