FR3_LA_VOIX_LIBRE_09_JJT
Au 1er janvier 2006, la Picardie comptait 1 894 000 habitants. Un chiffre qui lui vaut de pointer en 17e position pour le taux de croissance démographique. De même, si l'Oise et, dans une moindre proportion, la Somme progresse, avec 537 000 habitants, l'Aisne demeure stable. Ce qui explique la faible augmentation picarde de 0,28 %.

Ces chiffres ont ainsi servi de base au débat télévisé « la voix est libre », enregistré hier et diffusé ce samedi matin à 11h30. sur France 3. Face à François Dufour, Jean-Jacques Thomas, Jean-Claude Villemain, Maire de Creil, et Pascal Oger, Directeur régional de l'INSEE, ont ainsi échangé sur les évolutions démographiques et les tendances picardes. Ainsi, le Nord-Est de l'Aisne connaît une baisse confirmée tout comme les Ardennes et l'Avesnois où une perte de 3 900 habitants est enregistrée.

A Hirson, si l'excédent naturel entre naissances et décès est positif de 200 personnes, le déficit migratoire (départs moins arrivées) explique le chiffre de 9 991 habitants. Déjà, de 1982 à 1990, la population hirsonnaise était passée de 11 348 habitants à 10 173. L'absence de construction de logements entre 1983 et 1995 pèse encore sur une tendance qui aujourd'hui se vérifie sur le Nord-Pas-de-Calais et Champagne-Ardenne.
FR3_VOIX_LIBRE_09_pl_26650C
Alors que le nombre de familles monoparentales progresse, la nécessité de construire de nouveaux logements s'impose. De même, sur le plateau de France 3, Jean-Jacques Thomas a pointé du doigt le départ de nombre d'étudiants sur Lille, Valenciennes et Reims et qui, leurs études terminées, ne reviennent pas en Thiérache.

D'où la proposition du Maire d'Hirson que le Recteur et les universités décentralisent plus de formations classiques et professionnelles et que le lycée Joliot-Curie accueille davantage de cycles d'enseignement supérieur.

De même, pour lui, la baisse de la démographie ne peut être dissociée de l'activité économique et de l'aménagement du territoire : « Le désenclavement routier, expliqua Jean-Jacques Thomas, pose aujourd'hui un réel problème et la mise à deux fois deux voies de la RN2 handicape le Nord-Est de l'Aisne ». Un constat, du reste, partagé par le Directeur de l'INSEE.

Bref, même si les sondages opérés chaque année sur seulement 8% de la population n'offrent pas les mêmes garanties qu'un recensement exhaustif, les chiffres 2006 vont maintenant faire l'objet d'une analyse particulière. A Hirson comme sur l'ensemble de la Picardie, l'obligation de construire plus et mieux tout en proposant une meilleure qualité de services demeure un passage obligé. L'attractivité est (aussi) à ce prix. Les intervenants en ont tous convenu.