VOEUX_CC3R_09_discours_JJT_pupitre
En présence de Jean-Marie Pilette, Président de l’union commerciale, Jean-Jacques Thomas l’a réaffirmé à l’occasion de la présentation des vœux à la Communauté de communes, « limiter le rayonnement et l’avenir commercial d’Hirson à la seule population hirsonnaise revient à replier la ville sur elle-même. Or, c’est l’attractivité qui favorise l’essor du commerce. Les résultats de la quinzaine commerciale de l’USCAPI en témoignent. En effet, plus Hirson attire de clients extérieurs, plus le commerce local en profite ».

C’est d’ailleurs tout l’intérêt des zones de Buire – Hirson et des Champs-Elysées qui réduisent, à la fois, l’évasion commerciale et drainent des clients du Nord, des Ardennes et, de plus en plus de Belgique. Plus de 11% du chiffre d’affaire de la plus grosse enseigne des Champs-Elysées sont, par exemple, générés par la région de Chimay – Couvin et 6 à 7% par la zone ardennaise de Rocroi – Rimogne. Enfin, aujourd’hui, 320 emplois sont occupés sur cette zone des Champs-Elysées.
Leader_Price_ouvert__282E7B
De même, l’avenir du commerce ne se résume pas au nombre de locaux vacants. Le plus souvent, les anciens commerces du centre ville sont les conséquences d’une inadaptation d’espaces disponibles aux nouvelles activités ou bien encore de prix de location ou de vente prohibitifs. L’exemple du Café de Paris est à cet égard révélateur !

Pour autant de nouvelles activités se développent. En 2008, des commerces ont ouvert et se sont agrandi, rue Charles De Gaulle, avenue Mitterrand, ou encore galerie « Charlemagne ». En mars, les Etablissements « Rocha » ouvriront quai Schramberg une nouvelle enseigne sur 877 m². Enfin certains commerces concrétisent des projets d’agrandissement en périphérie, mais également en centre ville. L’ouverture du « Leader Price », place Carnot, répond quant à elle à un besoin de proximité. Là encore, la Municipalité a facilité ces implantations.
Mutant_rue_Dumas
De plus, des dispositifs d’aides aux commerçants existent sous forme de bonifications de prêts et de subventions de l’Etat et des collectivités comme les aides aux vitrines, les opérations façade ou bien encore le « Fidarco » dont bénéficient plusieurs commerces. Les animations et manifestations en centre ville ont également pour objectif de drainer en centre ville des flux de publics différents.

Par ailleurs, et les nouveaux arrivants le soulignent, Hirson reste une des rares villes de l’Aisne où le stationnement est entièrement gratuit. Qui plus est un stationnement de proximité est possible, avec la présence de nombreuses places en centre ville. L’accessibilité aux personnes à mobilité réduite et aux personnes handicapées occupe également une place importante dans les réflexions menées. Là encore la Municipalité assume ses missions de service public et en appelle aux responsabilités de chaque acteur.
Magasin_vert
Initiée en 2009, une prochaine étude sur la mise en place d’un schéma directeur d’aménagement du centre ville mettra en avant les déplacements, y compris circulation piétonne et liaisons douces, les aménagements et équipements, l’éclairage public ou encore la signalétique. L’activité commerciale, la mise en réseau des équipements et l’habitat sont au cœur de cette étude.

Pour Jean-Jacques Thomas, « le maintien du commerce en centre ville est indispensable, il participe lui-même à l’attractivité de la ville avec, par exemple la création de sept logements par l’agence Bruyère. Cependant, il complète l’attrait de zones commerciales qui répondent aux besoins de clientèles différentes. Avec plus de 800 véhicules par jour, la Pénétrante rapproche périphérie et centre-ville tout comme les aménagements sur la RD 1043 en facilitent l’entrée ».

D’ajouter : « Plus qu’un passage à niveau désuet et inopérant qu’une partie de l’opposition municipale propose de recréer à la place de la passerelle, Hirson a besoin de différents niveaux de commerces, d’une diversification tant en ville que sur les zones commerciales ».