CANAL_SAMBRE_HAUTMON_29F732
« Le canal se meurt ! ». « Allons-nous laisser VNF continuer à nous mener en bateau ». « Nous n'attendrons pas jusqu'à la Saint Glinglin ». « Parler de la Sambre, c'est parler d'un territoire ». Décrétée, la mobilisation a libéré la parole et les Etats-généraux de la Sambre tenus à Hautmont témoignent aujourd'hui d'une exaspération il est vrai entretenue par Voies Navigables de France. Toutes tendances confondues, les élus de Thiérache, de Sambre-Avesnois et de Wallonie ont tenu à la dire : la réfection du Pont de Vadencourt constitue un préalable sans lequel aucune discussion ne sera engagée, aucun accord signé.
CANAL_SAMBRE_HAUTMON_29F730
Il est vrai que depuis maintenant trois ans, la navigation y est interrompue en raison de la décision de VNF de fermer le pont. Après avoir été la première voie d'eau la plus fréquentée sur le réseau Freycinet avec 700 bateaux répertoriés à l'écluse de Marpent, l'an dernier, seuls 81 ont été recensés sur la Sambre. Plusieurs réunions ont donc été organisées « sans jamais, rappela Jean-Jacques Thomas, en la salle des fêtes deHautmont, que Voies navigables ne se départissent du même mépris à l'encontre des élus locaux. Pourtant, nous ne faisons pas l'aumône, nous exigeons simplement qu'elles remplissent leurs missions, qu'elles assument leurs compétences ».
SAMBRE_b_teaux_de_pl_29F83B
Alors que ces quinze dernières années, avec la requalification des berges de Jeumont à Landrecies, la création de haltes et de relais nautiques à Boussois, Aulnoye, Maubeuge, Boussières, Jeumont, Etreux, Tupigny ou Vadencourt, quinze millions d'euros, toute maîtrise d'ouvrage confondue, ont été investis dans le cadre du contrat de rivière ou de programmes européens, les projets actuellement en souffrance sont bloqués faute du rétablissement de la circulation fluviale.

Conseiller Général et Président de la Communauté de communes Sambre-Avesnois, Joël Wilmotte a d'ailleurs souligné l'importance de la Sambre pour la cité dont il est maire. Le nouveau lycée professionnel comme la requalification des berges ou les investissements sur l'esplanade Saint-Marcel liés au futur espace fluvial deHautmont nécessitent une voie d'eau vivante, donc sa réouverture à la navigation.
CANAL_SAMBRE_HAUTMON_29F731
Avec Jean-Luc Pérat, Député du Nord et Conseiller Général, Jean-Jacques Thomas a donc engagé un bras de fer avec VNF, sollicitant l'arbitrage du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire. Finalement, Jean-Louis Borloo a accepté la nomination de Pierre Verdeaux, Ingénieur des Ponts et Chaussées, chargé d'entendre les parties avant de remettre son rapport en juillet.

Une enquête publique a également été diligentée sur Vadencourt et l'impact de la reconstruction du pont au titre de la législation loi sur l'eau. Aucune observation à caractère technique ou environnementale la désapprouvant n'a été reçue. De plus, le Commissaire enquêteur précise que « les intervenants ont profité de cette enquête pour exprimer à l'unanimité l'opportunité de la reconstruction de ce pont-canal soulignant très largement les effets négatifs si ces travaux n'étaient pas réalisés ».