CENTRE_MATERNEL_MONDREPUIS_2011_JJt_discussion

Autrefois créées pour lutter contre les abandons d’enfants, les Maisons maternelles sont aujourd’hui incluses dans les Centres maternels qui depuis 1982 et la Décentralisation dépendent du Conseil général. Nées de la volonté de quelques précurseurs humanistes, elles ont également permis de faire reculer l’infanticide face à une société guère encline à accepter celle qui « avait fauté ».

CENTRE_MATERNEL_MONDREPUIS_2011_d_jeuner

Heureusement, l’évolution des mœurs a modifié ces comportements. Malgré tout, même si pour la première fois en 2010, le nombre de grossesses précoces diminue dans l’Aisne – un peu plus de 70 contre une moyenne de 90 – l’établissement de Mondrepuis conserve toute sa raison d’être pour des mères ou des futurs mamans qui y demeureront en moyenne entre cinq mois et un an, parfois même avec plusieurs enfants pour fuir des violences conjugales.

Avec vingt-deux agents, dont cinq maîtresses de Maison, sept éducateurs, une aide-soignante, une conseillère en éducation sociale et familiale, quatre veilleurs, une psychologue, l’encadrement est adapté aux situations individuelles. Aujourd’hui, Mondrepuis accueille dix mamans et douze enfants et travaille en réseau avec les Services hospitaliers et de la PMI.

CENTRE_MATERNEL_MONDREPUIS_2011_conf_presse

Mais, comme l’explique Sandrine Gilbert, le Centre axonais dépasse les limites départementales. Sans structure de ce type, les départements voisins du Nord, de la Somme ou des Ardennes font appel à lui pour accueillir des ressortissantes auxquelles ils ne pe uvent proposer les mêmes services.

CENTRE_MATERNEL_MONDREPUIS_2011_enfants_parents

D’abord sous l’impulsion du Docteur Lanel, de Mme Leclercq et de Jean-Jacques Thomas, alors Président du Conseil d’administration ; aujourd’hui grâce à l’initiative d’Alain Sautillet, Président de l’Etablissement départemental de l’Enfance et de la famille, et de Patrick Miquel, Directeur ; quatre studettes vont être construites dans le parc. Les cuisines intérieures seront remises aux normes, une chaudière-bois installée et l’accessibilité privilégiée. Objectif : favoriser l’autonomie des mamans appelées à quitter l’établissement. Quant à l’échéancier, la première pierre du nouvel ensemble est prévue pour début 2012.