ArievanBeek3©Denis Pourcher

Avec plus d’une centaine de concerts à son actif chaque année, l’Orchestre de Picardie s’affirme aujourd’hui comme l’un des partenaires essentiels de la vie culturelle régionale et, de plus en plus, nationale au regard des co-productions engagées ou des concerts donnés à Lille, à l’Opéra, ou à Nantes, dans le cadre des « Folles journées ». L’arrivée du Chef néerlandais Arie Van Beek donne, en effet, à l’ensemble une nouvelle impulsion que Jean-Jacques Thomas, Président de l’Orchestre, et Alain Reuter Vice-Président du Conseil régional chargé de la culture, soulignent à l’occasion de la présentation d’une saison qui verra Georg Friedrich Haendel et Frantz Schubert à l’affiche.

Le choix du nouveau Directeur musical ne doit, en effet, rien au hasard. Pour lui, en effet, les deux compositeurs classiques permettent de travailler profondément. « La musique, aime-t-il à dire, ce n’est pas une main droite ou une main gauche, c’est également la tête. De plus, Haendel et Schubert n’ennuient jamais ni les musiciens, ni le public ».

ODP ARTS ET LETTRES ROSE LOWRY JJTToutefois, la saison 2011-2012, engagé au Parc floral, de Vincennes, et à Laon – tout un symbole – brille également par son ouverture et son éclectisme avec Dvorak, Gerschwin ; Stravinski interprété à Lille dans « The Rake’s progress », l’opéra en trois actes, mais également, en fin d’année, à Paris, Reims et Lille, la présence de la diva Barbara Hendricks.

La Picardie ne sera, évidemment pas, oubliée avec, toujours en décembre, à Hirson, Amiens et Creil, la légende de Saint-Nicolas, avec le Messie de Haendel, avec Ruby Hughes, soprano, et Donald Litaker, ténor. L’orchestre retrouvera d’ailleurs Hirson, le 17 mars, avec au programme la Symphonie n°9, de Schubert, avec Amaury Coeytaux, au violon. Le Nouvion recevra l’ensemble régional le 31 mars, Montcornet, le 19 mai, Sains-Richaumont, le 1er juin, avec Arie Van Beek pour diriger l’Ouverture de l’Italienne à Alger. L’Eden lui ouvrira ses portes le 15 juin avec des œuvres de Chopin, Schubert et Brahms tandis que le public aura le bonheur d’applaudir Brigitte Engerer, au piano.