JJT François Hollande

Lors de l’émission « La voix est libre » qui lui était consacrée sur « France 3 », Jean-Jacques Thomas avait expliqué que sa position de 1er Secrétaire fédéral du Parti Socialiste impliquait de ne pas se positionner pour tel ou tel candidat(e), mais, au contraire, de privilégier l’organisation des Primaires et donc d’attendre l’ouverture des candidatures. Hier matin, à Paris, les Responsables du courant du PS « l'espoir à gauche », auquel appartient Jean-Jacques Thomas, se sont donc retrouvé autour de Vincent Peillon pour, collectivement, arrêter leur position.

A une très large majorité, ils ont décidé de soutenir François Hollande dans la course à la primaire socialiste. L’élu axonais est, du reste, intervenu pour expliquer ce choix et souligner, avant Julien Dray et Patrick Menucci, pourquoi il était nécessaire de maintenant s’exprimer. « Exister, c’est s’engager et a contrario, ne pas s’engager collectivement, c’est disparaître », rappela le Maire d’Hirson pour qui la rénovation constitue un élément déterminant de son choix. Pour lui, le 16 octobre, « chacun devra se ranger derrière le Socialiste le mieux placer, mais gagner la Primaire ne constitue pas une fin en soi. Nous devons continuer à prôner le rassemblement, ne pas commettre les erreurs de 2007 et, finalement, avoir un comportement aussi militant que responsable ».

Hier, dans le XIIe arrondissement, Vincent Peillon demanda aux militants et soutiens de « l’espoir à Gauche » de s'organiser dans les territoires, en concertation avec les amis de François Hollande et de Pierre Moscovici, pour assurer la réussite des primaires et la victoire de notre candidat, lors de ce premier acte de la présidentielle de 2012 ». Dans « Les Echos », l’Eurodéputé avait également rappelé la nécessité de « supprimer le divorce entre les discours et les actes. Il y a eu trop souvent d'ambiguïté dans notre ligne politique entre ce que l'on dit et ce que l'on peut faire. Ces combats que nous avons menés, François Hollande peut les réaliser ».