MARCHEURS VALLEE OISE 2011 groupe

 « Pour la huitième année consécutive, vous nous accueillez avec la même chaleur et la même gentillesse et nous savons que cette hospitalité n’est ni feinte, ni convenue ». Au milieu de ses vingt-cinq amis randonneurs, Jean-Pierre Cocu, Président de l’Office du tourisme de Verneuil-en-Halatte, a ainsi remercié Jean-Jacques Thomas, Annick Poulet, Josette Gambaro et Francine Richet de la réception donnée en leur honneur en Mairie d’Hirson. Il est vrai que la ville frontalière constitue l’avant-dernière étape d’un périple de 260 Km qui les conduit de Conflans Sainte-Honorine à Chimay. Rue Charles De Gaulle, l’arrivée n’a jamais été aussi proche !

« Nous essayons de faire le maximum pour vous être agréable, avait d’ailleurs plaisanté le Maire d’Hirson. Ainsi, l’an dernier, la chaleur vous avez un peu gênés. Cette année, nous vous assurons un temps plus frais ! ». La veille, en effet, le groupe avait rallié Noyon à Chauny sous les averses. Malgré tout, pas de quoi atteindre le moral et pour assurer une parfaite transition entre Thiérache et Belgique, la Municipalité d’Hirson leur a proposé Maroilles et bière de Chimay. Sans oublier l’invitation à s’arrêter à Courquain pour visiter la reconstitution de quelques scènes du tournage du film de Dany Boon « Rien à déclarer ».

MARCHEURS VALLEE OISE 2011 maillot

« Cette réalisation, explique, du reste, Jean-Jacques Thomas, est un hymne à la tolérance et en ces périodes troublées, il est réconfortant que le droit à la différence soit rappelé. La communauté a besoin de chacun. Un peu comme dans votre groupe pour boucler en huit étapes ce périple à travers trois départements, il importe de calquer son pas sur celui du plus lent pour ne laisser personne au bord du chemin ». Partis le 14 juillet, jour de Fête nationale française, de Conflans Sainte-Honorine, du  confluent de l'Oise et la Seine, les randonneurs furent donc accueillis en fanfare le 21 juillet, jour de la Fête nationale belge, aux sources de l'Oise. Histoire, là encore, de souligner qu’il n’existe aucune rivalité entre Français et Belges. Bien au contraire !