65927546_p

Disputés au vélodrome de Bordeaux, en juin dernier, les championnats nationaux de full contact ont souri au Power Boxing Club avec les titres d’Anaïs Mary, de Cédric  Ryckelynck et d’Amélie Herbet. De plus, malgré son jeune âge, Santiana Meurant décroche une finale nationale alors que Bryan Cazé atteint, lui, les demi-finales. De plus, autre espoir du club, Guillaume Buquet est désormais instructeur fédéral de boxe anglaise. Ajoutée à la ceinture noire de Thomas Pronnier, la saison écoulée demeurera donc comme l’une des meilleures de la (jeune) histoire du club présidé par Pascal Buquet.

POWER BOXING CLUB AG 2011

Avec 82 licenciés, contre soixante l’an dernier, le club envisage d’ailleurs de se tourner vers la baby-boxe dans une salle de la Tannerie entièrement rénovée par la Municipalité. Du reste, l’assemblée générale du club permit à Jean-Jacques Thomas et à Pierre Karmuzik, Président de l’OMS, de rappeler les aides municipales, directes et indirectes, très nettement supérieures à la seule subvention annuelle de 904 €.

Ainsi en 2010, le PBC a-t-il bénéficié de 700 € du Conseil général et, cette année, de 500 € pour l’organisation de ses galas. Une aide exceptionnelle de 500 € lui fut également allouée par l’OMS pour relancer la boxe sur Hirson. De plus, l’acquisition du ring mobile fut soutenue à hauteur de 3 064 € par le Conseil général et par un prêt de 4 850 € de l’OMS. De plus, les transports, montages, démontages et installations diverses représentent, pour les Services municipaux, un coût de 3 543,97 €. Sans parler, du prêt exceptionnel d’un véhicule. « Bref, expliqua Jean-Jacques Thomas, l’ensemble de ces soutiens doivent s’apprécier dans leur globalité et si le club présente un léger excédent au terme de l’année sportive, l’action de l’OMS doit bien être prise en considération ». Un constat unanimement partagé par les adhérents présents d’autant le Power Boxing Club envisage d’organiser son prochain gala le 3 décembre et, deux autres, en février et avril.