leparisien-newscover[1]Les unes de la Presse Quotidienne Nationale et de la Presse Quotidienne Régionale se partagent entre les conséquences de la perte du Sénat par la droite et la grève dans l’Education nationale qui devrait être fortement suivie.

Les quotidiens insistent sur le fait que cette grève sera aussi suivie dans le privé que dans le public. Il est donc important d’être bien présent dans le cortège des manifestants. Même si l’exercice est délicat, les propositions de François Hollande en matière d’éducation peuvent être évoquées. 

http://www.leparisien.fr/societe/ecoles-syndicats-du-prive-et-du-public-font-greve-commune-26-09-2011-1625610.php

Sur le Sénat, les articles se partagent entre les analyses des causes de le défaite : impact de la réforme territoriale (cf. Richert), division de la Droite (cf. Juppé), causes plus profondes (cf. Gaudin, Le Maire).

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/09/26/01002-20110926ARTFIG00769-senat-l-ump-cherche-des-responsables-a-la-defaite.php

http://www.sudouest.fr/2011/09/26/alain-juppe-et-les-senatoriales-quand-on-veut-perdre-on-sait-comment-il-faut-faire-509993-710.php

L’élection du Président donne lieu à plusieurs interrogations : quel candidat pour le PS ? Martine Aubry a pris position pour Jean-Pierre Bel, malgré sa proximité avec François Hollande.

http://lci.tf1.fr/politique/candidats-au-perchoir-bel-larcher-et-tasca-6728330.html

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0201661344687-une-victoire-au-gout-particulier-pour-les-partisans-de-hollande-224796.php

La réunion de groupe doit avoir lieu à 14h30. François Rebsamen est pressenti pour lui succéder à la présidence du groupe.

La stratégie de débauchage fait aussi l’objet de discussions à droite : hostilité de Coppé, appui de Raffarin.

http://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2011/09/26/presidence-du-senat-rien-n-est-joue-insiste-l-ump_1577669_823448.html

lemonde-newscover[1]Dans ce contexte, les Primaires sont un peu moins évoquées. Deux indicateurs cependant à noter :

Martine Aubry, qui mettait plutôt l’audimat en berne (cf prestation sur TF1) a battu les recors d’audience sur dimanche +. Intérêt pour les Primaires à la suite des débats ou intérêt pour Martine Aubry.

http://teleobs.nouvelobs.com/articles/aubry-offre-un-record-d%E2%80%99audience-a-dimanche

La crédibilité du PS progresse dans tous les domaines, avec à chaque fois, un avantage pour François Hollande.

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeche/top-news/20110926.REU7005/la-politique-economique-du-ps-jugee-credible-selon-un-sondage.html

Enfin, du côté de l’Elysée, Nicolas Sarkozy reste fidèle à sa stratégie de concentration apparente sur l’international et la crise.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201661420538-nicolas-sarkozy-veut-faire-des-questions-sociales-une-priorite-du-g20-de-novembre-224647.php

LES UNES DE LA PRESSE QUOTIDIENNE NATIONALE.

Des Unes consacrées à….. l'après. « Après la perte du Sénat, Sarkozy privilégie la lutte contre la crise » diagnostique le Figaro, alors que France-Soir s'interroge :  « A-t-il déjà perdu ? » « Après la perte du Sénat la droite à peur, » nous annonce Libération tandis que la croix nous informe sur « Ce que le Sénat à gauche change pour Sarkozy », après « Le scrutin qui fait vaciller la droite » pour l'Humanité.

La Tribune et les Echos restent dans le domaine économique, « Les banques condamnées… à changer » pour la Tribune, « Coup d'arrêt brutal à la flambée de l'or » pour les Echos qui consacrent quand même un titre de sa une à l’ après défaite sénatoriale et nous affirme que « Nicolas Sarkozy garde le cap face à l'onde de choc de la perte du Sénat ». Le Parisien et 20 Minutes font leur une sur la grève aujourd'hui des enseignants en soulignant que fait exceptionnel les syndicats du ‘’public’’ se sont joints au mouvement.

Primaires : « Il faut changer de génération » affirme Manuel Valls à la Une de Libé.

lefigaro-newscover[1]Le Figaro : Après la perte du Sénat. Sarkozy privilégie la lutte contre la crise. Le président ne souhaite pas s'exprimer à court terme sur la situation politique.  Chine : un milliardaire au comité central du PC (Bandeau : La hausse de la taxe de nettoyage coûtera 26 € par parisien)

Libération : Après la perte du Sénat, la droite peur. Sonné par sa déroute historique aux sénatoriales, l'UMP cherche à enrayer la spirale de la défaite à sept mois de la présidentielle. Manuel Vals invité spécial de Libération.  « Il faut changer de génération. »interviews exclusive. (Encart : Syrie les milices de la terreur . Les profs recrutés via… Pôle emploi.)

lacroix-newscover[1]La Croix : Ce que le Sénat à gauche change pour Sarkozy. La victoire de la gauche aux élections sénatoriales va compliquer la tâche de l'exécutif jusqu'à l'élection présidentielle du printemps prochain. Des idées pour aider l'école. Alors que les enseignants du public et du privé sont appelés à faire grève aujourd'hui, « La Croix » rassemble des solutions pour faire face à la réduction des moyens.

Le Parisien : Pourquoi les profs font grève. Aujourd'hui, à travers toute la France, les enseignants du privé vont manifester avec leurs collègues du public. Ils dénoncent notamment des classes de plus en plus surchargées et la suppression de postes d'enseignants. (Encart : Sénat. Les débuts d'une nouvelle cohabitation. Nafissatou Diallo. DSK demande le rejet de la plainte au civil.)

francesoir-newscover[1]France-Soir : A-t-il déjà perdu ? Les nuages s'accumulent sur Nicolas Sarkozy après l'échec des sénatoriales. (Bandeau : Rugby. Les Bleus ne veulent plus être infantilisés. Encart : Chine : un milliardaire entre au Comité central du parti communiste !)

L'Humanité : Le scrutin qui fait vaciller la droite. Le camp Sarkozy trahit ses inquiétudes et ses divisions. La droite commence à douter de son chef. La gauche face de nouvelles responsabilités. Les points de vue de Benoît Hamon (PS), Pierre Laurent (PCF), Pascal Durand (Verts) et Éric Coquerel (PG). (Bandeau : L'école en état de légitime défense.)

latribune-newscover[1]La Tribune : Les banques condamnées… à changer. Alors que l'avenir de Dexia inquiète toute la place, les banques françaises reconnaissent que plus que jamais elles doivent reconsidérer leur modèle. Le gouvernement surveille de près les éventuelles restructurations qui pourraient intervenir à l'issue lde la débacle boursière que subissent les grands établissements. (Encart : La soif de liquidité fait couler l'or. Déclin mondial sur le marché de l'emploi.)

Les Échos : Coup d'arrêt brutal à la flambée de l'or. En 3 séances le cours de l'once s'est effondré de plus de 11 %, à 1600 $. Les investisseurs en quête de cash liquident leur position gagnante. Dans son sillage, l'argent a perdu 27 %. Nicolas Sarkozy garde le cap face à l'onde de choc de la perte du Sénat. Laisser passer l'orage. Après la victoire historique de la gauche dimanche au Sénat, le chef de l'État n'entend ni su- réagir ni changer de stratégie. Il a pris acte du résultat, mais n'en a pas parlé publiquement hier. Tout juste a-t-il consenti à se séparer de Chantal Jouanno élue au palais du Luxembourg, et à la remplacer par David douillet. Le premier ministre appelle, lui, la majorité à cesser ses divisions en vue de 2012. Salaires. Des montants proposés loin des 1000 € espérés. Prime « dividende » : prierem chèque, première déception. (Bandeau : Les quotas de CO 2 vont renchérir les prix des billets d'avion en Europe.)

Gratuit :

Métro : Vin : Les experts traquent la fraude. Les douaniers français ont mis sur pied 60 unités spécialisé dans la lutte contre la contrefaçon. un enjeu de taille dans un marché qui représente 9 milliards d'euros en France. (Bandeau : Rugby. Morgan Parra confirmé à l'ouverture. École : public-privé, même combat. À Tunis, les jeunes ont hâte de voter.)

20 Minutes : Education public et privée en rangs serrés. La quasi-totalité des syndicats enseignants du public appel à une journée de grève aujourd'hui pour protester contre les suppressions de postes. Fait rarissime, cinq centrales du privé rejoignent le mouvement. (Bandeau : Gouvernement. Un remaniement alambiqué après les sénatoriales. Encart : Justice. Le procès en appel des époux Tiberi risque d'être renvoyé.)

LES UNES DE LA PRESSE QUOTIDIENNE RÉGIONALE.

Plus que la bataille pour la présidence du Sénat,  qui fait là une de la Nouvelle Républiquequi dénonce des tentations de ‘’hold up’’ de la droite de Ouest-France qui s’interroge ‘’La Présidence du Sénat peut-elle rester à droite ?, et fait l'objet d’ encarts dans le Sud-Ouest, La Marseillaise et la Dépêche c'est la grève  des enseignants public-privé uni dans un même mouvement que l'on trouve à la une des quotidiens régionaux

lanouvellerepublique-newscover[1]La Nouvelle République : La droite fomente un hold-up au Sénat. Jean-Pierre Raffarin est à la manoeuvre pour sauver la présidence de Gérard Larcher. (Bandeau : Ecole : public et privé dans la rue.) 

Sud-Ouest : Profs : les raisons de la colère. Éducation. C'est une profession désenchantée qui se met en grève aujourd'hui. Les enseignants s'estiment moins bien formés, moins bien payés, pour un travail de plus en plus précaire. Un vent de fronde qui gagne même le privé. (Encart : Sénat : Baroud d'honneur pour Larcher. La victoire de la gauche n'empêche pas unepartie de la droite d'espérer encorela présidence. Au prix de quelques arrangements.) 

La Provence :19 patrons veulent changer leur ville. À la tête de grandes firmes, il se mobilise sur le secteur d'Euroméditerranée et envisagent d'y financer un commissariat. (Encart.  Éducation. Le premier coup de chaud de la rentrée. Enseignants du public et du privé en grève aujourd'hui. Douillet, un poids lourd au sport. le judoka a succédé à Chantal Jouanno –élue sénatrice -au poste de ministre.)

lavoixdunord-newscover[1]La Voix du Nord : Public-privé : tous ensemble. Signe d'un profond malaise dans l'éducation nationale, un front uni des syndicats du public et,  fait exceptionnel, du privé, appellent  à une grève aujourd'hui pour dénoncer la « dégradation » de l'école et le budget 2012 du gouvernement qui prévoit 14 000 suppressions de postes. (Encart : Emploi. Le chômage quasi stable en août. En légère baisse en France (-0,1 %) en hausse dans la région (plus 0,4 %).

La Marseillaise : Jour de colère dans l'éducation. Mobilisation. L'ensemble de la communauté éducative appelle aujourd'hui à la grève et aux manifestions. L'objectif est de dénoncer la dégradation de l'école française et de peser sur le nouveau budget examiné demain en conseil des ministres. (Encart : Sénat .La gauche met en garde. Au lendemain de sa victoire historique à la Haute Assemblée, la gauche dénonce les velléités de l'UMP de déjouer le verdict des urnes. Santé. Les mutuelles rejettent tout ultimatum. Elle refuse de négocier sous la pression de l'Élysée du ministère l'accord sur les dépassements d'honoraires.)

midilibremontpellier-newscover[1]Midi-Libre : les Chinois débarquent à Montpellier. 60 entreprises de haute technologie nous des contacts dans la région, en quête de nouveaux marchés. Éducation. Une grève public-privé inédite 

Presse-Océan : Profs : public et privé unissent leur colère. En Loire-Atlantique, comme en France, pour la 1e fois depuis longtemps les enseignants expriment leur malaise tout syndicat réunit et se mobilise aujourd'hui.

La Dépêche : Il faut sauver l'école. Pour la première fois, profs du public et du privé manifestent ensemble. (Encart. Politique. Bataille du Sénat : Tractations en coulisses. Qui serait élu samedi à la présidence du Sénat ? Le socialiste Jean-Pierre Bel est en position mais le sortant Gérard Larcher veut encore croire en ses chances:

ouestfrancebretagne-newscover[1]Ouest-France: La présidence du Sénat peut-elle rester à droite ? Malaise des profs : le privé aussi.

Le Dauphiné :Éducation : Le public et le privé mobilisés aujourd'hui.  Pourquoi les profs font grève. C'est un fait exceptionnel : les syndicats de l'enseignement public et privé ont décidé de faire grève commune aujourd'hui pour dénoncer la « dégradation » de l'école. Suppressions de postes, restrictions budgétaires, effectifs d'élèves en constante augmentation… Pour les organisations, la situation n'est pas tenable. À sept mois de la présidentielle, elle espère faire ainsi pression sur le gouvernement. (Encart : Politique droite et gauche t pour la présidence du Sénat. Emploi le chômage marque une pause en aout.)