DIALOGUES EXILES EDEN 2012 scène

« Il ne faisait pas bon d’être de Gauche sous Hitler ». Artiste non plus du reste. Après que l’Eden ait été transformée en buffet de la gare, pour (mieux) servir de cadre aux réflexions de Kalle et Ziffel, après la représentation, Jean-Jacques Thomas porta un toast à la Compagnie du Berger présente depuis le début de la semaine sur le Canton, mais surtout à la culture et à la liberté, éléments indispensables et vitales. « Brecht, expliqua du reste, le Maire d’Hirson demeure d’une terrifiante actualité » en évoquant le procès la veille de « Douch », ce militant Khmer, professeur effacé et méticuleux, transformé en tortionnaire dans le camp S21 qu’il dirigeait près de Phnom Penh et dans lequel furent torturés et exécutés plus de 1 500 femmes, hommes et enfants. 

DIALOGUES EXILES EDEN 2012 Olivier MellorLorsque dans une mise en scène d’Olivier Mellor (notre photo), présent lui aussi sur scène, est rappelé l’univers concentrationnaire, l’évolution de ces ouvriers et employés sans personnalité, devenus les serviteurs zélés du régime nazi, comment ne pas frissonner face à l’Histoire qui ne cesse de bégayer. La pièce de Bertoldt Brecht n’est pas la plus connue de l’auteur de « L’opéra de quat’sous ». Du reste, il ne l’a jamais monté. Ecrite lors de son exil new-yorkais, pourtant, tout est là ou presque.

DIALOGUES EXILES EDEN 2012 chantL’ouvrier rencontre le physicien, l’homme du peuple, l’intellectuel. Rien de tel que l’anonymat d’un bar pour toucher le public, lui renvoyer comme la glace des comptoirs les reflets du monde, l’oppression et ses propres lâchetés. D’hier et d’aujourd’hui. Du fachisme  au capitalisme. A moins que cela ne soit l’inverse. Brecht reste un écrivain éternel auquel la Comédie de Picardie rend hommage. Pas moins de cent dates sont déjà à l’affiche. « Un bonheur rare » savoure Olivier Mellor. Un bonheur en tout cas partagé avec les spectateurs d’Hirson, d’Ohis, Watigny et Bucilly.