CM DOB 2012 sièges vides Hopin

Inaugurant une nouvelle variante de la vision d’une assemblée qu’ils considèrent comme un manège dont on peut descendre au gré de ses humeurs, MM. Levent et Hopin ont, une nouvelle fois, hier soir, déserté le Conseil municipal, laissant dépités leur poignée de supporters (notre photo). Si voici un an, le premier cité avait vanté les mérites de Nicolas Sarkozy et défendu sa politique, cette fois, il s’est bien gardé de le faire et même, d'ailleurs, de prononcer le moindre mot.

Son co-listier se révéla plus prolixe pour justifier ... ses précédentes absences et pour mettre en doute les (bons) résultats obtenus par la Municipalité, son excédent de 2,1 millions, la diminution de l’encours de la dette ou encore ses investissements. « Voici quatre ans que nous siégeons dans la même assemblée et je n’ai toujours pas entendu la moindre proposition de M. Hopin » : acerbe, la remarque n’est pas venu de la Gauche, mais de Marc-Antoine Heuel de moins en moins tendre avec celui dont il s’est totalement désolidarisé.

Il est vrai qu’hier soir, le porte-parole de l’UMP a joyeusement mélangé les subventions et les emprunts proposés par la Caisse des dépôts, les lignes budgétaires et d’inventaires, puis reprochant à la Municipalité tantôt de trop investir puis de ne pas assez le faire. La réaction de Jean-Jacques Thomas n’a pas tardé. Entre volée de bois vert reçue et cours répétés, faute d’arguments et de propositions, M. Hopin s’en est finalement remis à celles de François Hollande. De quoi évidemment ravir son mandataire axonais. Les 40 engagements repris dans le document hirsonnais d’orientations budgétaires n’ont donc jamais été remis en cause et pour l’équipe municipale, ils constituent la preuve qu’un avenir à construire ensemble est possible. Sans toutefois, deux Conseillers qui, une fois encore, ont d'abord brillé par leur méconnaissance des dossiers puis par leur absence.