SCIERIE NOIRON INCENDIE 2012 brasier nuit

L’alerte fut donnée à 4h06. Une riveraine réveillée a d’abord cru à l’incendie d’une habitation, mais devant l’importance du brassier, elle a deviné qu’il s’agissait d’un sinistre plus important. Effectivement, lorsque les sapeurs-pompiers d’Hirson se sont rendus sur place, ils ont sollicité le soutien de leurs collègues de Fourmies et de La Capelle. Les vingt-cinq hommes du SDIS de l’Aisne et du Nord ont d’entrée cherché à éviter que le feu ne se propage aux habitations de la rue d’Alsace. Cinq lances ont ainsi été mises en batterie. L’alimentation du quartier fut, du reste, perturbée. Le bâtiment dans lequel étaient stockées les plus belles planches de chêne s’est rapidement effondré.

SCIERIE NOIRON INCENDIE 2012 JJT

Une sixième lance fut mise en service dans la matinée pour tenter de noyer l’ensemble. Sous la direction du Capitaine Fauquet, Chef de colonne, de Saint-Quentin, puis l’après-midi du Capitaine Cochet, d’Hirson, tous les efforts visaient, en effet, à réduire le foyer composé principalement des plus belles pièces de la scierie Noiron.

SCIERIE NOIRON INCENDIE 2012 nuit stocks boisAlertés, les propriétaires n’ont pu, à leur arrivée, que constater les dégâts. Avant la venue de Jean-Jacques Thomas, pour la Ville d’Hirson, Martine Rambourg, Adjointe au Maire, et Catherine Lagrange, Chef de Cabinet, avaient également mobilisé les services municipaux pour barrer la rue tandis que sous le commandement du Lieutenant Fenech et de l’Adjudant-chef Dussart, la Gendarmerie procédait aux relevés d’usage.

SCIERIE NOIRON INCENDIE 2012 fumée matin

Alors que le bâtiment ne disposait pas d’alimentation électrique, le court-circuit semble à écarter. Par ailleurs, le Centre de secours Claude Dunas était déjà sorti à 2h22 pour un feu de poubelle déclenché rue Hardy, juste derrière la scierie. Dans l’attente d’une enquête plus approfondie, l’origine du sinistre semble, pour l’heure, douteuse. Pour autant, il aura nécessité toute la journée d’hier une attention soutenue. Vers 16h, un tractopelle des Services municipaux a pu percer une entrée et dégager les bois pas encore totalement consumés et ainsi, plus facilement, atteindre le centre du bâtiment. La nuit dernière, le SDIS a maintenu une surveillance allégée.