EFFRY 8 MAI 2012 Jean-Claude Molinaro

Pour sa douzième commémoration de la capitulation nazie, Jean-Claude Molinaro n’a pas puisé dans les archives municipales pour éclairer son intervention. «  En cette période de changement, expliqua mardi le Maire d’Effry, il m’est, en effet apparu que cette journée constitue également un choix éminemment politique ». De 1946 à 1953, le dimanche qui suit le 8 mai est, en effet, choisi pour commémorer la victoire. A cette date, il devient jour férié avant d’être supprimé en 1959 puis, par dérogation, le redevenir en 1965 à l’occasion du 25e anniversaire de la capitulation nazie.

A compter de 1968, la cérémonie est célébrée le 8 mai, mais en fin de journée, puis en 1975, Valéry Giscard d’Estaing décide de ne plus conférer un caractère gouvernemental à cet anniversaire. La commémoration officielle nationale est donc supprimée. « Il faut donc attendre juin 1981 et François Mitterrand, rappelle l’élu thiérachien, pour que le 8 mai soit, à nouveau, marqué férié et considéré comme une fête nationale (…) comme un second 11 novembre ».

EFFRY 8 MAI 2012 intervention JJT

Avant que Jean-Jacques Thomas n’évoque, à son tour, le sens de ce rendez-vous annuel, Jean-Claude Molinaro rappela être présent pour « se souvenir que grâce à des hommes et des femmes différents par leurs origines, leurs cultures, leurs histoires, mais réunis par un idéal commun, la France a pu, après la guerre, retrouver pleinement son rang dans le concert des nations ». De conclure, le 8 mai commémore donc « la lutte pour la liberté et la démocratie ».