HIRSON 8 MAI 2012 dépôts de gerbes JJT

En présence des délégations d’anciens combattants, mais également des enfants des écoles et des corps constitués, après avoir écouté les messages de Michel Vallier, au nom des ACPG-CATM, et de Bernard Richet, Président du Comité d’Entente patriotique et, bien évidemment, fleuri, en compagnie des Lieutenants Fenech et Andriot, le monument érigé en l’honneur des morts tombés pour la France et de la paix, Jean-Jacques Thomas est revenu sur le début de seconde guerre mondiale. Sur les causes également qui amenèrent la France à si rapidement s’effacer et la République à disparaître au profit de l’Etat français.

HIRSON 8 MAI 2012 JJT droite« En cent jours, rappela le Maire d’Hirson, un pays de quarante millions d’habitants va alors voir disparaître la démocratie parlementaire au profit d’un régime autocratique aux ordres de l’ennemi ». 

Pour Jean-Jacques Thomas, cette disparition des institutions républicaines servira de terreau au régime de Vichy. « La France de Voltaire et d’Hugo, de De Gaulle et de Jean Moulin, rappela-t-il, va alors basculer dans la France de la collaboration, de la délation, de la répression, de la Déportation. La France des « Lumières » va alors s’éteindre ».

HIRSON 8 MAI 2012 salut monument

En rendant hommage aux Résistants, ces « hommes et femmes de la nuit », il souligna également que lorsque le 8 mai, Jean Delattre de Tassigny co-signe l’acte de capitulation de l’Allemagne nazie, « à l’encre se mêlent le sang des militaires morts aux combats, des fusillés, des torturés et des déportés de tous les camps ». Pour conclure en en appelant à la République et aux Républicains, aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.