HIRSON 8 MAI 2012 enfants Marseillaise

Ecrite en 1785 par Schiller, « l’Ode à la joie » exprime sans conteste une vision idéaliste et fraternelle de l’humanité que le poète partageait également avec Beethoven. Après la Marseillaise, lors de la commémoration du 8 mai 1945, sous la direction de Colette Chirez, une quarantaine d’enfants des écoles d’Hirson ont donc repris deux couplets de l’hymne européen : « Quand tous les chemins du monde chanteront la liberté, d’une immense et même ronde, nous dirons notre amitié ».

HIRSON 8 MAI 2012 Colette Chirez enfantsA la veille de la « Journée de l’Europe », la jeune chorale a également réclamé « plus de haine, plus de frontière, plus de pauvres méprisés ». Et de conclure : « Tous les hommes sont des frères. C’est la seule vérité ». Un langage universel dans lequel les idéaux de liberté, de paix et de solidarité sont portés par la musique. Une évocation qui, au final, a déclenché les applaudissements spontanés de l’assistance.