Michel LEFEVREL’émotion autant que la tristesse était palpable hier matin à l’ouverture du Conseil général dont Michel Lefèvre était évidemment absent. Le bouquet de roses posé sur son pupitre et le fauteuil inoccupé renforçaient encore le vide de sa brutale disparition.

L’hommage  unanime rendu en cours de séance par Frédéric Mathieu (Progressistes), Jean-Luc Lanouilh (Communistes) et Jean-Jacques Thomas (PS), mais également Hervé Muzart (UMP) et Nicolas Fricoteaux (Indépendants) témoigne de l’amitié dans laquelle le Conseiller général était tenu. Avec émotion, avant le début des travaux, Yves Daudigny évoqua même le respect et la sympathie qui lui étaient accordés sans retenue. « Pour beaucoup, ajouta-t-il, à la tribune de l’Assemblée, il était un ami et ce rapport se nourrissait avec lui simplement, avec fidélité ». Et le Président du Conseil général de revenir sur « le drame fulgurant, absurde, inacceptable dont la vérité a du mal à s’imposer comme la réalité tant son caractère irrémédiable paraît démesuré, disproportionné, profondément injuste ».

BOURSE MULTICOLLECTIONS 2011 JJT M Lefèvre

Se  faisant l’interprète de ses collègues, il rappela combien Michel Lefèvre travaillait beaucoup, mais également, sa fidélité à la cause de l’Education Nationale, « habité des valeurs de laïcité, de l’idéal d’épanouissement et d’ouverture pour notre jeunesse, tant la mission d’éducation lui était une seconde nature ». De même, Michel Lefèvre « portait en lui, avec vigueur, la défense de son canton et, à travers le secteur de Sains-Richaumont – Rougeries dont il était Maire, la nécessité d’inscrire les territoires ruraux dans l’avenir de la France ». Ses obsèques religieuses seront célébrées jeudi à 14h, en l’église de Vervins.