JEAN LASSALLE JJT 2013 bureau discussion

« A Jean-Jacques Thomas, Maire de la ville d’Hirson. Merci pour ce moment si vrai. Pour que nous arrivions à retrouver un destin partagé qui évite de telles souffrances ». Hier soir, sur le coin de son bureau, fatigué, mais à l’écoute, l’homme a griffonné cette dédicace sur sa déclaration prononcée à l’Assemblée nationale, le 9 avril. Jean Lassalle a, ensuite, coiffé son légendaire béret basque, et enfiler son poncho rouge. A 20h40, il s’est ensuite remis en route, ajoutant à l’égard de son interlocuteur d’un jour : « Tu es un gars bien ».

JEAN LASSALLE JJT 2013 bureau JJT

Député (ODEM) des Pyrénées-Atlantiques, l’homme rêve d’une boîte à outils capable de dégripper notre société et donc de rendre la parole au peuple. Utopique ? Sans doute. Pourtant, sa démarche plaît. Au-delà des 20 Km quotidiens, il veut, avec une foi réelle, empreinte d’humilité, entendre la souffrance en permettant à ses interlocuteurs de faire remonter ce qu’il a vu et entendu.

A sa manière, Jean Lassalle mène un combat, tel Don Quichotte contre une résignation qui rime avec mondialisation, contre une économie qui brise tout lien social. Et sur ce point, hier soir, Jean-Jacques Thomas a évoqué le cas des Ets Noiret, groupe français, qui emploie une soixantaine de salariés à Mondrepuis, Bohain et Roubaix, aujourd’hui en graves difficultés, alors qu’il réalise les uniformes des sapeurs-pompiers, des policiers et des soldats français.

JEAN LASSALLE JJT 2013 tableau chamizeau

Rencontrer le matin même, son PDG, Gasmen Toska, a expliqué à Jean-Jacques Thomas la nécessité d’un rapprochement entre cette PME thiérachienne et le groupe Kermel, détenu par la Caisse des dépôts et consignations. Donc par l’État français. Pour le Conseiller général du canton d’Hirson, cette situation est révélatrice des blocages et des difficultés d’une entreprise dont le savoir-faire est pourtant reconnu au niveau européen. Une analyse partagée par le Député – marcheur, désireux à chaque étape de poser un acte de résistance. Sans vouloir se faire récupérer. Depuis Paris, après l’Oise, la Somme, le Pas-de-Calais, le Nord et, hier Hirson, le Député se veut d’abord un citoyen parmi les citoyens.