HAUDROY 2013 dispositif

Si lundi, dans toutes les communes de France, les autorités se retrouveront autour des monuments érigés au lendemain de la Première guerre mondiale, à Haudroy, là où le clairon Sellier sonna le cessez-le-feu, cette première commémoration thiérachienne rappelle que l’Aisne fut le théâtre d’un des conflits les plus meurtriers. Toutes les familles ou presque étaient concernées depuis que le tirage au sort avait été abandonné et que le service militaire était devenu personnel, égal et obligatoire. 

HAUDROY 2013 enfants lecture

Le rappel par les enfants des écoles de l’arrivée des plénipotentiaires le 7 novembre 1918, à 20h20, l’accueil du Capitaine Lhuillier, ne pouvait cependant ignorer l’horreur des combats qui précédèrent à l’armistice et durant lesquels les anciens principes de l’honneur militaire furent le plus souvent piétinés avec l’impossibilité de secourir et d’évacuer les blessés ou, au mépris des conventions de La Haye, l’utilisation des gaz toxiques dès avril 1915, à Ypres, dans le Nord voisin.

HAUDROY 2013 JJT garde à vous

Devant Odile Bureau, Sous-Préfète de Vervins, et les autorités civiles et militaires, françaises et belges, Jean-Jacques Thomas a donc voulu souligner « les souffrances endurées pendant une guerre dont, dit-il, on oublia parfois la cause et l’assassinat, le 28 juin 1914, d’un Archiduc dont nombre de Français découvrent alors les prénoms ». Pour lui, « même près d’un siècle plus tard, la mémoire collective ne saurait être sélective ».