SENATORIALES 2014 HIRSON Yves Daudigny JJT pupitre

Que l'Aisne soit au cœur du débat sénatorial, quoi de plus naturel ? Cependant, mercredi soir, à Hirson, tant Jean-Jacques Thomas qu'Yves Daudigny ont, non seulement, réaffirmé la pertinence de l'échelon départemental mais également des politiques initiées par le Conseil général.

Un moment transformé puis supprimé lors de la déclaration de politique générale du Premier Ministre, le Conseil départemental devrait, finalement, être maintenu dans les territoires ruraux avec des compétences clarifiées.

SENATORIALES 2014 HIRSON Yves Daudigny micro

Dans ce contexte mouvant, Yves Daudigny a donc voulu fixer la boussole institutionnel en plaçant « le Sénat au cœur » de son débat. Auparavant, devant ses collègues Maires, présents en nombre, Jean-Jacques Thomas s'était interrogé de savoir ce que feraient les communes sans le FDS et, cette année, 422 940 € de subvention départementale générant plus d'un million d'euros de travaux routiers; sans le CDDL et son million d'euros d'aides départementales favorisant un investissement de 7,38 millions sur le seul pays des Trois-Rivières.

SENATORIALES 2014 HIRSON Yves Daudigny salle

« Le rôle d'un Sénateur, poursuivit Jean-Jacques Thomas, est, certes de représenter les collectivités, mais, dans un contexte de « big-bang » territorial, de les aider et de garantir aux élus les moyens d'exercer leurs missions ». Circonscription électorale, le Département demeure donc l'échelon indispensable de solidarité défendu par Yves Daudigny et qu'il a naturellement placé au centre de son intervention, mais également de celles des grands électeurs réunis en Mairie d'Hirson appelés dimanche aux urnes et, par exemple, attachés à la gratuité des transports scolaires.