CHARLIE EDEN 2015 rassemblement midi Yannick Marlant

Avec près ou plus de quatre millions de personnes rassemblées, hier, sur l’ensemble du territoire, la République s’est retrouvée. Qu’importe d’ailleurs le résultat d’un comptage précis toujours difficile, une certitude prévaut : jamais, en France, depuis la Libération, une manifestation n’avait rassemblé autant de monde. Sans incident, ni débordement. 

Les « Je suis Charlie » et les « Nous sommes Charlie » témoignent d’une convergence salutaire. Ils indiquent cependant qu’elle peut se conjuguer à tous les temps. Y compris en s’interrogeant de savoir si « Nous n’aurions pas dû être Charlie (plus tôt) », mais également en affirmant que demain, une fois l’émotion retombée, « Nous serons (toujours) Charlie ».

Jacques Chirac a indiqué à François Hollande que la République devait être implacable et il a raison. Après les images fortes d’hier, n’acceptons plus les appels à la haine et à la violence. Y compris dans notre ville. Certes, il importe de ne pas répondre aux provocations, mais, tout autant, proposer sur les réseaux sociaux d’entrer « dans une p… de salle (municipale) de m... (...) avec une kalachnikov pour y faire la loi » est inacceptable. Autant pour un élu de la République, même d'opposition, de relayer ces propos indécents.