NON AUX REFUGIES MANIF HIRSON 2015 75 AU TOTAL

En comparaison, ils étaient 1 064 hier, à la fête du sport. Encore manquait-il l’escalade sur le site du Pas Bayard. L’ascension (verbale) se limitait donc au niveau des organisateurs. Plus de 2 000 invitations avaient été lancées, des tracts distribués dans les boîtes aux lettres. Leur certitude n’avait d’égale que la peur instrumentalisée d’une invasion imminente. Invisible depuis mars, les élus frontistes avaient même quitté Luzoir et Landouzy. Même Frédéric Meura – lunette de soleil pour passer incognito - avait même fait le déplacement de Papleux.

NON AUX REFUGIES MANIF HIRSON 2015 75 JJT

Pour grossir le nombre, ils avaient même amené un quinzaine d’enfants et deux gentils toutous. Et au final, chiens compris, ils étaient soixante quinze ! « On va paraître ridicule » confiait cette manifestante au départ de la place Victor Hugo. Au moins, existait-il dans le nombre une personne lucide. Venus d’Aubenton, Neuve-Maison, Wimy, Saint-Michel et même de Macquenoise, cette mobilisation internationale n’a pas atteint les sommets. Les organisateurs ne pouvaient même pas évoquer la météo. Non, même en souffrance, la population d’Hirson n’est pas prête à être manipulée. Clairement affiché ou assumé par amalgame, relayé pour une poignée d’extrémistes d’Extrême-Droite – qui pour certains défilaient en janvier sous la banderole de Charlie - le racisme n’est pas – et c’est heureux – l’apanage du plus grand nombre.