ATTENTATS PARIS HIRSON MACQUENOISE 2015

Si après la série d’attentats perpétrés à Paris, la France a décrété l’état d’urgence, le Chef de l’Etat a également décidé de renforcer les contrôles aux frontières. Une décision qui trouve d’ailleurs un écho identique dans plusieurs pays où, face à la menace terroriste, les mesures de sécurité ont également été consolidées. Cette mobilisation inhabituelle sur les anciens postes de douanes n’est, d’ailleurs, pas passée inaperçue à Macquenoise, point de passage axonais vers la Belgique. 

ATTENTATS PARIS HIRSON MACQUENOISE 2015 contrôle véhicule

Dès hier à 0h30, et la le Cabinet de crise convoqué en Mairie d’Hirson, la Lieutenante Luziole et plusieurs membres de la Communauté de brigades de la Gendarmerie et du PSIG ont effectué les premiers contrôles. Toujours hier, vers 17h, en compagnie de Jean-Jacques Thomas, Bachir Bakhti, Secrétaire général de la Préfecture, et Frédéric Denivet, Secrétaire général de la Sous-Préfecture, et Catherine Lagrange, Chef de Cabinet de Jean-Jacques Thomas,  ont pu se rendre compte sur place du dispositif déployé. 

ATTENTATS PARIS HIRSON MACQUENOISE 2015 contrôle identité

Le Colonel Mendès, Commandant du Groupement de Gendarmerie de l’Aisne, le Capitaine Hollard, Commandant la Compagnie de Vervins, et la Lieutenante Luziole, Commandante la Communauté de brigades d’Hirson, organisaient cette opération qui se poursuivra afin de renforcer la présence à la frontière. Dans les deux sens de circulation, accompagnée de la police belge, les gendarmes ont, ainsi, vérifié l'identité des conducteurs et des passagers et, le cas échéant, le contenu du véhicule. A l’avenir, des patrouilles mixtes sont même prévues. Dans l’Aisne, le surveillance est, également, accrue sur les onze sensibles sites Seveso.