COLLEGE COBAST 2016 DEPART ANNIE SOMVILLE micro

Annie Somville a rendu les clefs de sa salle 215 qu’elle considère, un peu, comme sa résidence secondaire. Il est vrai qu’elle y a passé près de trente années après une arrivée à Hirson que l’Angevine raconte comme digne de « Bienvenue chez les Ch’tis », un déménagement marqué quelques jours avant la rentrée par une panne de son camion aux environs de Guise dans un lieu-dit appelé « La Désolation ». Cela ne s’invente pas. Heureusement, l’avenir se révéla, pour elle, beaucoup plus souriant.

COLLEGE COBAST 2016 DEPART ANNIE SOMVILLE assistance

Du reste, lors de la cérémonie organisée en son honneur au Collège Cobast, l’enseignante confie : « Je tiens, en effet, à mettre en garde mes jeunes collègues féminines. Les autochtones thiérachiens disposent d’arguments de poids pour vous fidéliser à la région. Je suis, pour ma part, arrivée célibataire en 1985, un peu naïve. Deux ans plus tard, j’étais mariée à un Thiérachien de souche et mère, en 1988, de trois enfants ». 

COLLEGE COBAST 2016 DEPART ANNIE SOMVILLE AS JJT

« A raison de 250 élèves par an pendant trente années, ajoute-t-elle, cela fait du monde » et des souvenirs comme l’organisation, en 2008, de la journée du don de moelle osseuse, les relations heureuses ou les moments difficiles en soulignant le soutien de ses collègues et de la direction de l’établissement. Une certitude, ses élèves vont lui manquer, « j’ai choisi de m’arrêter, continue-t-elle, avant d’être blasée et puis voici quinze ans, un élève m’a confié « vous avez eu mon père comme élève. J’ai donc décidé de partir avant qu’un autre ne me dise « vous avez eu ma mamie en classe ». Trait de caractère, Annie Somville n’oublie pas de chaleureusement remercier les dames de service qui ont nettoyé sa classe et pour avoir vidé les poubelles des yeux de bœuf, cœurs de mouton, têtes de poissons, sans parler des odeurs tenaces d’oignons …