PS CONSEIL NATIONAL MAISON CHIMIE 2016 intervention JJT

Lors du Conseil national, plusieurs orateurs avaient souhaité la fin des débats « hors sol », devant le Parlement du PS, Jean-Jacques Thomas a donc souhaité être « terre à terre » pour évoquer les conséquences du retrait des listes socialistes en PACA et en Nord-Pas-de-Calais – Picardie où sur 170 Conseillers régionaux, la Gauche a totalement disparu de l’hémicycle. « Devant le risque de voir la Région tomber à l’Extrême-Droite, il fallait le faire, rappela le 1er Secrétaire fédéral axonais. Ce fut difficile et le sacrifice cruel, mais nous l’avons fait. Aujourd’hui, pourquoi se le cacher, avec 114 élus de moins dans le Nord et le Sud, l’asséchement des forces intellectuelles, humaines et financières est une (dure) réalité. Les conséquences politiques sont mesurables. Cette fois, la candidate d’Extrême Droite n’aura plus à chercher ses 500 signatures pour la Présidentielle de l’an prochain, mais plusieurs fédérations se trouvent dans la situation inverse pour trouver les moyens financiers de poursuivre leurs activités. Rien qu’en Nord-Pas-de-Calais – Picardie, le manque à gagner s’élève à 185 000 €. Sans comparaison, évidemment, avec l’état d’urgence nationale, il existe bien aujourd’hui un état d’urgence fédérale ».

PS CONSEIL NATIONAL MAISON CHIMIE 2016 salle

Alors que Jean-Christophe Cambadélis avait auparavant appelé de ses vœux une « alliance populaire », Jean-Jacques Thomas lança donc un appel  à une « alliance financière », tout en soulignant « la volonté des Socialistes du Nord – Pas-de-Calais – Picardie d'incarner une force d’opposition et de propositions et, dans un Comité régional et un Conseil régional des territoires, de faire vivre leur vision régionale, de coordonner leurs politiques départementales, mais également et d’abord de défendre leurs priorités et leurs valeurs ». Pour Jean-Jacques Thomas, en somme, de s'appuyer sur une « alliance populaire régionale ».