SAINT-MICHEL SOUVENIR DE MAI 1940 Jacques Raguet

Après guerre, la question fut posée à plusieurs reprises : pourquoi en mai 1940, la France fut-elle si rapidement vaincue ? En fonction des interlocuteurs, la réponse varie. Pourtant, contrairement à une idée reçue, hormis dans les airs, l'armée française n'était pas incapable de rivaliser avec l'ennemi. Devant la stèle érigée au carrefour de l’Etoile, lors de la cérémonie organisée par l’association présidée pour la dernière année par Jacques Raguet, là, où, dans les blockhaus d’une ligne Maginot inopérante, périrent vingt quatre soldats français, l’ensemble des intervenants ont rappelé une vérité toujours difficile à faire entendre. 

SAINT-MICHEL SOUVENIR DE MAI 1940 garde à vous pluie

En effet, comme le souligna Jean-Jacques Thomas, la fameuse guerre de mouvement souhaitée par le Colonel De Gaulle était déjà une réalité en Allemagne où elle s'appuie sur des divisions autonomes alors que, côté français, les blindés éparpillés ne sont considérés, comme en 1918, qu'en accompagnement des fantassins. « La France militaire de 1940, nota-t-il encore, reste définitivement prisonnière de la guerre précédente ». Au final, du 10 mai au 25 juin, l'armée française perdra 100 000 hommes et comptera 250 000 blessés, preuve si besoin était que ces soldats se sont battus avec courage. Y compris au  carrefour de l'Etoile, tragique théâtre des premiers engagements.