FESTIVAL JAZZ 2017 THOMAS ENHCO DIDIER LOCKWOOD ensemble 2

Il aime l'idée de Georges Perec selon laquelle la force de l'habitude nous entraîne vers une forme de cécité. Ce n’est donc pas un hasard si, sur scène, Didier Lockwood se sert de son violon comme d’une guitare, préférant ses doigts à l’archer. Dans ces dérangements musicaux, il trouve en Thomas Enhco plus qu’un complice, enclin, lui aussi, à pincer les cordes de son piano. La musique est leur bac à sable. Ils y jouent en regrettant que dans la vie il n’en soit pas toujours ainsi. Une certitude, lorsque leur musique devient de chambre, ce n’est jamais pour s’y endormir.