CASSE DES EMPLOIS AIDÉS EDEN JJT pupitre

« Nous sommes en colère. Une colère froide et déterminée ». Salle de l’Éden, Jean-Jacques Thomas a résumé, hormis à Saint-Michel, le sentiment unanime des Maires des Trois-Rivières. « Nous ne sommes pas là, ajouta-t-il, pour détruire des services à la population que nous avons patiemment construits. Regardez ce qui s’est passé à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy, demain, peut-être, à la Martinique. Que réclament les populations sinistrées ? Des services publics que l’on supprime dans la Métropole ». A partir d’exemples concrets, les Maires ont d’ailleurs évoqué leurs difficultés et leurs efforts pour faire face. Dans l’opposition à la décision gouvernementale, ils sont, cependant, force de proposition.

CASSE DES EMPLOIS AIDÉS EDEN Patrick Bon MONDREPUIS

Ainsi, ils s’engagent, avec l’aide du Conseil régional des Hauts de France, dans un plan d’apprentissage pour des jeunes de seize à trente ans de façon à former – comme le souhaite le Gouvernement souligna Jean-Jacques Thomas – des personnels dont l’enseignement pratique sera assuré dans les communes.

Dès le 25 septembre, une réunion entre la Direction régionale de l’apprentissage et le CNFPT est programmée et, trois jours plus tard, une seconde réunion à la Communauté de communes, afin de déterminer les modalités pratiques de cette alternative originale aux contrats aidés.