11 NOVEMBRE 2017 enfants chapiteau 2Bien sûr, en cette année 1917, comme ce fut rappelé aux jeunes générations, il y eu le front et les tranchées, mais, à l’arrière, à Hirson, la faim, la répression, l’occupation, les privations, l’absence de soins remplacent les obus et les balles. Dans les deux cas, le drame existe, mais en Thiérache, il est silencieux. Et sans le travail de mémoire engagé par la Mission locale du centenaire, il le serait, sans doute, demeuré.

11 NOVEMBRE 2017 PLACE VICTOR HUGO gerbes 2Voilà pourquoi, à la nuit tombée, en cette soirée de commémoration, enfants et anciens combattants furent réunis au pied du monument de la place Victor Hugo, comme les cortèges officiels se retrouvèrent auparavant, devant la stèle des roumains déportés, devant les croix des prisonniers russes arrachés à leur pays et des soldats allemands tombés ici, en Thiérache. « Différents aux yeux de l’Histoire, rappela Jean-Jacques Thomas, tous étaient des êtres humains, sacrifiés et broyés dans cette terre sans cesse retournée ».

11 NOVEMBRE 2017 publicEt le Maire d’Hirson d’expliquer devant une nombreuse assistance : « Voilà pourquoi, Effry comme les théâtres d’ombres de cette première guerre doivent être à jamais gravés sur les stèles du patrimoine mondial de l’Unesco. Pour réaffirmer qu’il est absurde de parler de gloire, là où sont enracinés la désolation, le chagrin et la souffrance. Pour réaffirmer que seule prévaut la fraternité universelle ».