COLL_GE_JEAN_ZAY_REP_2018_GAVROCHE_guitariste

« Je ne suis pas notaire, c’est la faute à voltaire. Je suis petit oiseau, c’est la faute à Rousseau. Joie est mon caractère, c’est la faute à Voltaire. Misère est mon trousseau, c’est la faute à Rousseau ». « Paris Gavroche » demeure l’une des chansons populaires de Jean Ferrat. Dans le cadre du projet hirsonnais du Réseau d’Éducation Prioritaire (REP), fille adoptive de l’artiste, Véronique Estel a prêté son concours à cette initiation originale autour des textes et de la musique.

COLL_GE_JEAN_ZAY_REP_2018_GAVROCHE_V_ronique_Estel

Lundi, accompagnée par le trio de musiciens Arcadeus, la comédienne, danseuse et chanteuse était l’invitée d’Angélique Pézéril, la Directrice du groupe scolaire, et de son projet éducatif « Ferrat - Rimbaud » lié à la création « Ardennes-Ardèche ». Le lendemain au collège Cobast, la chanson rassemblait les élèves de CM2 de l’école Jean Zay et de sixième du collège Cobast. Avant cette représentation plus aboutie, une première répétition générale avait été organisée avant les vacances de février.

COLL_GE_JEAN_ZAY_REP_2018_GAVROCHE_coll_gien

Parallèlement, élèves et collégiens ont travaillé en cours de français sur les mots du répertoire du concours national « Dis-moi dix mots » tels jactance, voix, bagou, ou volubile. L’occasion de réfléchir au sens du langage, de le mettre en scène et en voix ; de lui donner vie et poésie.