TRANSFRONTALIÈRES 2018 GIL ALMA droite projecteursLe 23 mai, il apparaîtra sur « France 2 » dans une nouvelle série de trois épisodes « Maman à tort ». Même si la télévision en général et « Nos chers voisins », en particulier, l’ont révélé au grand public, Gil Alma aime le contact direct avec le public. Sans renier le personnage, avoue-t-il sur la scène de l’Eden, « un peu con » d’Alain Stuck Becker, qui lui valut d’enchaîner quatre mois par an les enregistrements quotidiens de la série télé, rien ne vaut, pour lui, le contact direct avec le public. « La scène, confie-t-il à Jean-Jacques Thomas avant son spectacle, c’est un autre métier ».

TRANSFRONTALIÈRES 2018 GIL ALMA brasCe métier, ce petit-fils et fils de poissonnier, poissonnier, huit années, lui-même, le vit avec passion et nage avec bonheur au milieu de son public. Parler à Hirson du Ton le renvoie donc à sa famille et du Gland à sa … Twingo. Une forme très personnelle de « blablacar » pour embarquer ses conquêtes et interroger les (nombreux) spectateurs hirsonnais sur leur voiture en même temps que sur leurs performances et habitudes sexuelles.

TRANSFRONTALIÈRES 2018 GIL ALMA genouxPas de vulgarité cependant chez Gil Alma, sur le ton de la confidence, il parle de son épouse, Animana, française, mais, également, sénégalaise par son père et, italienne, par sa mère, de ses enfants, du mariage, des nounous dans un casting improbable (ou presque). L’artiste se voit même à Hollywood en piquant l’oscar convoité par Tom Cruise. De ses vacances à Noirmoutier à Hirson où il décocha une flèche au FN et à Jean-Marie Dieu, Gil Alma ne compte pas les kilomètres, sa voiture (électrique) n’est d’ailleurs qu’un prétexte au voyage… au plus profond de soi-même.