EFFRY OSSUAIRE 2018 vue rénovation

Dans une nécropole actuellement en rénovation et dans l’attente du verdict des experts de l’UNESCO pour l’inscription d’Effry au patrimoine mondiale de l’humanité, comme chaque 14 mai depuis l’inauguration de la stèle rénovée à l’initiative de Pierre Delabre et de Jean-Jacques Thomas, un siècle après l’extermination de 681martyrs, 305 Russes, 215 Belges, 137 Français, dont 14 femmes, 23 Roumains et 1 Italien, l’ossuaire est de nouveau sous les projecteurs de l’actualité. 

EFFRY OSSUAIRE 2018 JJT pupitre

« Voici un peu plus de cent ans, rappelle Jean-Jacques Thomas, cette terre de France est devenu un petit carré d’Europe. Sous nos pieds, autour de nous, reposent  681 martyrs. Sans doute, dans le froid du terrible  hiver 1917 ont-ils rêvé à la chaleur de leur foyer. Sous les coups, à la douceur de l’amour. Face aux uniformes à la paix tant espérée et, pour eux, qui ne viendra jamais ».

Le Président d’honneur du Comité et Maire d’Hirson précisa que cet épisode aussi tragique que méconnu s’inscrit dans un système d’où l’humain a été volontairement bannie. Non par le sadisme individuel du Docteur Michelson, mais au nom d’un barbarie pensée et conceptualisée, d’une idéologie appelée Sonderweg, l’autre voie. 

EFFRY OSSUAIRE 2018 garde à vous

« Une voie, dit-il avant le traditionnel dépôt de gerbes, sans issue, certes, mais mouvement réactionnaire, naît dans l’aristocratie prussienne, chez les junkers, ces propriétaires terriens érigés au rang de seigneurs ou chez des nationalistes bavarois. Plus encore, elle trouve ses froids zélateurs au sein même de l’armée. Pour ces militaires, l’important n’est pas de gagner une guerre, mais d’exterminer l’ennemi. Fut-il désarmé. Fut-il composé de travailleurs civils. Furent-ils, 1 600 nus et maigres, tremblants, dans ce hangar plombé d’Effry ».