DSC_0635Ce n’est pas encore le fol engouement, cependant, la fièvre tricolore est montée d’un cran depuis la victoire contre l’Australie. Sitôt la qualification acquise contre le Pérou, les supporters sont descendus dans la rue et sur les terrasses ouvertes.

DSC_0630La casquette (collector) de 1998 vissée sur la tête ou les drapeaux tricolores agités sur les trottoirs, la communion est la même.

Et ce, quel que soit l’âge – surtout dans les bras de maman, il n’est jamais trop tard pour supporter ses favoris – le plus souvent en famille, la soirée s’est poursuivie en ville.

DSC_0644

Évidemment, des places Mermoz à Victor Hugo, drapeaux au vent, le cortège des voitures a tourné jusque 19h30 dans un concert – fête de la musique oblige – d’avertisseurs. En attendant mardi et le match pour la première place face au Danemark et le huitième de finale retransmit salle Carpentier, les supporters peaufinent tenues et maquillages.