COMÉDIE PICARDIE AG 2018 JJTAvec 4 544 abonnés dans son théâtre de la rue des Jacobins à Amiens, la Comédie de Picardie a encore battu son record de l’année précédente durant laquelle elle comptait 4 407 fidèles parmi lesquels 1 477 jeunes. Rien d’étonnant donc que la salle de spectacle affiche un taux de fréquentation de 83 % et quatre spectacles joués à guichets fermés. Quatre représentations complémentaires furent même ajoutées pour « Mais ne te promène donc pas toute nue », « Le cabaret extraordinaire », « J’ai rencontré Dieu sur Facebook » et « Les poètes par Léo Ferré ». De même, face à la demande, initialement prévu dans la petite salle de la Maison de la culture, le spectacle de « Zabou » se joua dans la grande salle. 2018 marqua, du reste, une collaboration accrue avec la MACU avec « Les Fourberies de Scapin » et « Mon cœur ». Sans oublier « La Mouette », d’après Tchekhov joué en décentralisation.

COMÉDIE PICARDIE AG 2018 tableEn décentralisation, l’assemblée générale présidée par Jean-Jacques Thomas enregistra 86 représentations données dans les Hauts-de-France. Outre la diffusion, Directeur général de la scène conventionnée d’intérêt général, Nicolas Auvray souligna le succès de plusieurs créations. A commencer par « Cent mètres papillon », considérée comme une révélation au Festival d’Avignon. Sans oublier « L’établi » et « Bienvenue en Corée du Nord », deux productions appelées à tourner en région. Au-delà de ses frontières, par le biais de « Mademoiselle Julie » avec Anna Mouglalis, « La Sonate à Kreutzer », avec Jean-Marc Barr, repris en septembre au Théâtre Hébertot et « Love, love, love », mis en scène par Nora Granovsky, la Comédie est, également, à l’affiche à Paris. Bref sur tous les fronts.