123050722-1Les taxes, notamment sur les produits pétroliers, et une répartition inégalitaire de l’impôt ont déclenché le mouvement des gilets jaunes. Il est vrai qu’en matière d’impôt sur le revenu, 1 % des foyers les plus riches ont vu leurs cotisations diminuer. Cette crise de la redistribution, expliqua dans une vidéo le chercheur Christophe Dembik, est une réalité. Lors de la réunion organisée à Guise par Jean-Louis Bricout pour lancer sa plate-forme participative, les chiffres avancés ont d’ailleurs trouvé leur illustration dans les témoignages de la salle Beauval.

PS PLATEFORME JEAN-LOUIS BRICOUT gilets jaunesPour les intervenants, gilets jaunes ou non, les retraités sont maltraités et même fiscalement matraqués. Deux témoignages estiment à 100 € par mois la diminution de leur pension. D’où – et c’était le but de ce débat thiérachien – la proposition de supprimer la hausse de la CSG et de rattraper la baisse des retraites. Pour les jeunes, alors qu’un sur trois vit sous le seuil de pauvreté, il fut proposé un prêt à taux zéro pour financer leurs études. Maria, gilet jaune d’Etreux, plaida, elle, pour le rétablissement de la demi-part fiscale accordée aux veuves et aux veufs.

PS PLATEFORME JEAN-LOUIS BRICOUT assistanceParticipatif et constructif, ce premier débat débouche sur une série de propositions telles un droit de tirage sur les travaux de réhabilitation des logements, la réintroduction du TIIPP flottante sur les carburants, le blocage du prix du gasoil, l’indexation du montant des retraites, la valorisation des aidants des personnes handicapées, l’instauration d’un chèque énergie, la lutte contre l’évasion fiscale, sans oublier, le rétablissement de l’ISF représentant une perte actuelle pour l’Etat de 5 milliards. « 25 milliards de cadeaux fiscaux, avait d’ailleurs expliqué Jean-Louis Bricout, ont été offerts aux plus riches. L’ISF correspond à un bonus de 125 000 € mensuels pour les cent plus gros patrimoine ».