INDOCHINE HIRSON 2019 sonia Hasni micro« La mémoire est un ciment pour notre Nation. Elle nous unit et nous rassemble. Elle lie les générations. Dans cette mémoire nationale, il n’y a pas de « guerre oubliée ». En reprenant, hier, en fin de matinée, le message de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées ; Sous-Préfète de Vervins, Sonia Hasni a rappelé les combats livrés de 1940 et de 1945 contre les troupes japonaises jusqu’à la dissolution en 1956 du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient.

INDOCHINE HIRSON 2019 porte-drapeaux

Auparavant, après avoir également fleuri la monument de la place Victor Hugo, Jean-Jacques Thomas avait évoqué la domination de la France en Indochine débutée dès la fin du XIXe siècle puis transformée en une guerre coloniale avec l’avènement du Vietminh et l’affirmation par son Chef de l’indépendance de la République démocratique du Vietnam.

INDOCHINE HIRSON 2019 JJT micro« Ce conflit larvé, dans lequel les militaires sont quotidiennement confrontés à une guérilla que ni les armes ni la politique ne parviennent à maîtriser, explique Jean-Jacques Thomas, s’internationalise en 1950. D’un côté, la Chine populaire instruit et équipe les troupes Vietminh, de l’autre, la France reçoit le soutien des USA ». Malgré le courage des troupes françaises, après 56 jours de siège, le piège de Dien Bien Phu débouchera sur la conférence de Genève, l’indépendance des trois états indochinois et la partition du Vietnam de part et d’autre du 17e parallèle. Près de 110 000 soldats de l’ex-Union française sont tombés en Indochine.  « Légionnaires, Africains, Nord-Africains et Indochinois, précisa encore le Maire d’Hirson, tous sont morts pour la France ».