CAFÉ LITTÉRAIRE 2019 JEAN-LOUIS CHAPPAT THÉOPHILE LEGRAND JLCSous des températures (enfin)  redevenues enfin estivales, la 6e édition des « Cafés littéraires » s’organisait dans le petit parc derrière la médiathèque du Château. Grâce à l’auteur par l’auteur des fusillades de Fourmies et de la vie de Léo Lagrange, la dimension économique, sociale et politique de ce pionnier peut être mesurée à sa juste valeur. « J’ai découvert mon personnage en faisant des recherches sur la fusillade du 1er mai 1891, explique Jean-Louis Chappat. J’ai d’abord été alerté par des chiffres : à Fourmies, entre 1825 et 1880, la population passe de 2 000 à 16 000 habitants. De village, la commune devient ville industrielle. Les filatures et le travail de la laine expliquent ce développement ». Ne disposant que de peu de documents familiaux, l’historien a, selon ses propres termes : « pris des chemins détournés ».

CAFÉ LITTÉRAIRE 2019 JEAN-LOUIS CHAPPAT THÉOPHILE LEGRAND intervention JJT

Assez loin, par conséquent, d’une saga familiale, son ouvrage s’est penché sur une épopée industrielle étonnantes au regard des autres bassins industriels du Nord. La finesse du fil liée à l’humidité du terroir, puis obtenue artificiellement n’explique pas seulement l’avance prise par Théophile Legrand, lui qui passa du lin au coton puis à la dentelle de la Thiérache à l’Amérique du Nord où le Fourmisien profite de la guerre de sécession et du blocus des États du Sud pour, avant bien d’autres, prendre en compte la mondialisation de l’économie.

CAFÉ LITTÉRAIRE 2019 JEAN-LOUIS CHAPPAT THÉOPHILE LEGRAND buste

Plus qu’un inventeur, Théophile Legrand montre les qualités d’un capitaine d’industrie dans la sélection de nouvelles technologies efficaces. A une époque où l’hiver bloque pendant six mois toute circulation locale, la production de produits finis à forte valeur ajoutée lui permet de tenir. Au Puy-en-Velay, il découvre une machine à vapeur, capable de mécaniser les process de fabrication.

CAFÉ LITTÉRAIRE 2019 JEAN-LOUIS CHAPPAT THÉOPHILE LEGRAND filaturesA Fourmies, cette nouvelle industrialisation débutée en 1824 aboutit sous le Second Empire à la présence sur le territoire de 90 filatures. En 1890, la ville devient le premier centre mondial de laine peignée. Conseiller général, l’élu engagera le désenclavement de sa circonscription afin de ne plus subir l’isolement saisonnier. Grâce à lui, l’exportation de tissus à forte valeur ajoutée peut fonctionner toute l’année. A proximité, Hirson devient la seconde gare française, après Paris.

« Théophile Legrand – Pionnier de l’industrie lainière du Nord – Fourmies XIXe siècle. Éditions Taillandier ». un pionnier de l’industrie lainière du Nord. Fourmies XIXe siècle.