DSC_0022_r_duite

« Est-ce parce que vous êtes née à Villedieu que les Muses se sont penchées sur votre berceau et qu’elles vous ont inspiré comme elles sont censées le faire pour tous les musiciens ? » s’est interrogé Jean-Jacques Thomas après que Marie-Christiane de La Conté, Directrice régionale des Affaires culturelles ; ait remis à Rose Lowry, Directrice de l’Orchestre régional de Picardie qu’il préside, les insignes de Chevalier des Arts et Lettres.

Le ton était ainsi donné. Face à une assistance fournie, l’élu dressa le portrait de la récipiendaire, de ses engagements et de ses convictions républicaines, « une laïcité affirmée, le droit réaffirmé à l’éducation pour tous, à un service public préservé et une certaine idée du monde au sein duquel la paix doit être recherchée ».

ODP_ARTS_ET_LETTRES_ROSE_LOWRY_JJT_pupitre_r_duite

Ses études aux Etats-Unis en pleine guerre du Vietnam, ses débuts dans  l’enseignem ent et les postes occupés en Grande-Bretagne précédent ses débuts dans la musique professionnelle au sein du Nouvel Ensemble Vocal où Rose Lowry  rencontre Boulez, Dutoit, Chailly et Krivine qui lui propose alors la direction administrative et financière de l’Orchestre Français des Jeunes. « Autre dimension, nouvelles rencontres », expliqua le Président de l’Orchestre de Picardie qu’elle intègre finalement.

« Et pour Rose, ajouta Jean-Jacques Thomas, quoi de plus naturel aurait dit Montand que de s’épanouir en Picardie sans perdre de son caractère, ni même ses épines. Mais la liberté – comme la rose – ne consiste-t-elle pas à accepter les épines et le parfum ? ».

ODP_ARTS_ET_LETTRES_ROSE_LOWRY_assistance_r_duite

Et le Président de conclure : « Vingt-cinq années après, de Chine en Thiérache, avec vous, le concert reste un rendez-vous. Il demeure surtout une invitation au partage, au plaisir et à l’émotion. Plus que jamais européen, plus que jamais en région, enraciné là où il est né, l’Orchestre de Picardie va cependant plus loin.

De l’éducation pour tous, vous réaffirmez, par l’exemple, l’importance de la culture pour tous. Sans doute, aussi, parce que comme l’ensemble des membres du Conseil administration, vous considérez que chaque enfant, quel qu’il soit et d’où qu’il vienne, a droit aux concerts et à la musique comme il a droit à l’alphabet ».