POKEMON GO HIRSON 2016 PARC KÖNIGSEE JJT

Disponible en France depuis le 21 juillet, l’application « Pokémon Go » connaît à Hirson la même folie. De par leur monde, à l’aide de leur Smartphone, ils sont déjà plus de cent millions et de plus en plus nombreux  à se lancer à la chasse aux petits monstres virtuels. Le jeu mobile mêle la réalité des sites, aussi divers que variés, à l’apparition sur les écrans des Pokémons en temps réel. Le but ? Les capturer pour, ensuite, les dresser. A Hirson, le parc derrière l’église est devenu une arène et demeure ainsi un terrain de chasse privilégié.

POKEMON GO HIRSON 2016 PARC KÖNIGSEE trio

Ils sont, parfois, près d’une trentaine, de tous âges, arrivés de Fourmies et d’Anor, pour tenter d’attraper les petites bestioles. « Il en existe un sur la terrasse de l’Ile verte et à Blangy », assure Cyrille Briatte. Derrière la Mairie également. Si l’addiction est évidemment sujet à caution, force est de constater que « Pokémon Go » favorise la marche. D’autant que le joueur peut faire éclore jusqu’à neuf œufs s’il marche deux ou dix kilomètres. A condition, cependant, qu’il évite de chasser en conduisant. Du reste, l’infraction est sanctionnée d’une amende de 135 € et d’une perte de trois points pour les automobilistes.

POKEMON GO HIRSON 2016 PARC KÖNIGSEE groupe joueurs

Malgré tout, le phénomène favorise les rencontres à tel point que beaucoup de sites touristiques ou commerciaux s’interrogent pour devenir « Pokéstop ». Dans la mesure où « Pokémon Go » favorise la promenade, le phénomène devient, également, un véritable enjeu touristique.