FESTIVAL JAZZ 2017 équipe municipale 2

Alors que le concert de Kit Armstrong et de Renaud Capuçon affichera sans doute complet le 24 avril et remplira une fois encore l’église Sainte-Thérèse, le bilan du Festival de jazz vient d’être dressé. Son retour salle de l’Eden l’an dernier, tant pour les raisons de sécurité lié au plan « Vigie pirate » que pour revenir à une ambiance plus chaude, ce « déménagement » n’affiche pas seulement des arguments matériels. Il confirme une programmation élargie à cinq jours, avec une ouverture le mercredi, une clôture le dimanche, et de nouveaux moyens pour la sélection des artistes avec une subvention du programme européen « Leader ».

FESTIVAL JAZZ 2017 DIDIER LOCKWOOD public Eden

Avec la volonté municipale de retrouver un large public, notamment parmi les jeunes, de sensibiliser, de participer à la diffusion et de proposer à des formations débutantes ou à de nouveaux talents un accès à la scène, ce retour aux sources fut largement plébiscité. De plus, l’invitation au cinéma le jour d’ouverture a permis, une nouvelle fois, de valoriser la classe de jazz et les choristes du Conservatoire dont l’investissement et les progrès ont été unanimement soulignés, tout comme la projection d’un film de qualité confirme le rayonnement du Sonhir.

FESTIVAL JAZZ 2017 harmonie debout

Dans la même veine, après « Les baladins de l’Avesnois » l’an dernier, la programmation des formations régionales constitue un autre gage de succès. L’ensemble choral chimacien « Atout chœur » et l’Orchestre d’harmonie ont rempli l’Eden et, là encore, témoigne du bien-fondé des choix musicaux. A l’image du guitariste Tom Ibara, de Thomas Enhco, au piano, de la jeune Mélina Tobiana, de Malia ou de la spontanéité de Mystertrio Quartet.

FESTIVAL JAZZ 2017 André Manoukian signature 2

Avec les têtes d’affiche, le succès de cette quatorzième édition se vérifie avec une augmentation sensible de la fréquentation de près de 25%. Déjà pour l’an prochain sont envisagées des actions vers les écoliers, collégiens et lycéens sous la forme de master-class. Parrain du festival depuis sa création, Didier Lockwood a promis d’animer la première.