BARSOV_Colloque_euro_16CD60
En novembre 2007, voici juste un an, lors du Salon des Maires, un protocole de coopération interrégionale et européenne était signé par la France, la Belgique, la Roumanie, la Bulgarie la Turquie et la Grèce. Son but ? Sur la base des opérations développées en Thiérache par la SEM « Initialité », créer en Roumanie des outils de coopération décentralisée.

Soutenu par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, où une réunion était, du reste, organisée jeudi, ce projet original d'ingéniérie a déjà permis de rédiger les statuts des pôles d'excellence de politiques locales afin d'accompagner les porteurs de projet roumains.

Plus de vingt opérations de développement autour des communes de Campulung, Gighera, Chirnogi de la Communauté de Communes de Sudolt et de la Communauté Urbaine d'Aries sont répertoriées. Par ailleurs, une formation sur les fonds européens a bénéficié à une quinzaine de responsables roumains.
BARSOV_Colloque_euro_16CD60
Cet échange de savoir-faire s'est également prolongé à Brasov où Jean-Jacques Thomas était déjà intervenu (notre photo) et en Thiérache où élus et directeurs de collectivités se sont retrouvés pour une série de communications sur la gestion de l'eau et de l'assainissement, l'emploi et le développement économique. De même, une visite à Chimay et au Val Joly sur le thème du développement touristique ont permis de mesurer les différentes approches du développement local.

Au Sémaphore, Jean-Jacques Thomas a d'ailleurs souligné l'intérêt « d'élaborer ensemble une véritable boîte à outils européenne ». Une initiative qui fait école puisque la collaboration initiée avec la Roumanie s'étend désormais à la Bulgarie et à la Turquie.
INITIALITE_08_Visite_16CBF4
Plusieurs dossiers sont, du reste, prêts à être présentés à l'Union européenne. Ainsi, comme la Thiérache s'intéresse au devenir de l'Abbaye de Saint-Michel, un Centre d'interprétation de la culture orthodoxe est à l'étude à Campulung. Alors que le Nord et l'Aisne se mobilisent pour la réouverture du Canal de la Sambre, un projet de coopération transfrontalière s'organise à partir du Danube sur le tourisme fluvial à Gighera.

Bref, alors que la France préside l'Union européenne, Jean-Jacques Thomas a souligné « la pertinence de telle coopération locale », démontrant si besoin était, qu'au-delà de la langue, de l'Histoire et de la culture, « nombre de problèmes étaient identiques et que les solutions pouvaient l'être tout autant. »