VITRAUX LABOURET 2012 JACQUES SOUBIGOU maquette

Bien sûr, sans Ginette Day, le musée d’Hirson n’aurait jamais ouvert ses portes aux œuvres d’Auguste Labouret. Cependant, sans Jacques Soubigou, les vitraux de Roscanvel n’y auraient sans doute jamais été mis en lumière. Sur un mandat du Conseil municipal, Jacques Soubigou était, en effet, présent à la vente aux enchères organisée le 1er juillet 2012 à Douarnenez. Acquis, les vitraux originaux du maître-verrier devaient encore être restaurés avant d’être présentés au public.

VITRAUX LABOURET 2012 JACQUES SOUBIGOU vitraux JJT

Jacques Soubigou s’y est engagé. Bénévolement. Son travail minutieux auquel il a su associer les agents municipaux a ainsi permis de sauver un patrimoine en péril. Le vitrail de « Sainte-Catherine d’Alexandrie », plusieurs fragments d’autres vitraux, dont « la Crucifixion », « Saint-Joseph » et la « Vierge Marie » sont aujourd’hui restaurés et installés au cœur du Musée.

VITRAUX LABOURET 2012 JACQUES SOUBIGOU éclairage JJT JS

Le soir de l’inauguration, devant son portrait apparu sur les écrans vidéos, Jean-Jacques Thomas a tenu à le saluer, mais également son combat contre la maladie. « Aujourd’hui, ajouta-t-il, il manque à cette assemblée. Son travail mérite, lui aussi, notre respect. En votre nom, je lui adresse mon amitié et le remercie chaleureusement d’avoir conduit cette formidable opération de sauvegarde ».